The Lying Truth

« Les apparences sont trompeuses. Rien n'est vraiment ce qu'il semble être. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Boris Iankovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 76
Date d'inscription : 16/02/2013
Age : 21

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Boris Iankovski   Mer 27 Fév - 0:07

« Carte d'identité : Борис Янковскийi. »

Nom complet : Boris Iankovski
Sexe : Homme
Nationalité : Russe

Âge : 52 ans (18)
Taille : 1m90 (6'2'')
Date de naissance : 25 Mars

Métier : Barman à l'Underdog
Race animale : Ours Kodiak (Ursus arctos middendorffi)
Situation : Célibataire


Portrait Physique

► Aura : Une aura verte très concentrée tout autour du corps, puis qui s'étend environ un demi mètre autour de façon plus vaporeuse.
► Don : Mélange entre le Renforcement et l'Émission, avec un peu de spécialisation dans certains cas.
Le Bouclier Cet aura est majoritairement défensif. Cependant, dans un stage plus avancé, Boris a développé une forme offensive. La première utilisation est simple : il utilise son aura pour créer un bouclier qui peut soit recouvrir tout son avant-bras, soit comme une simple barre, ou en prenant la forme d'un cercle. Ou encore, pour plus de protection, former comme un mur. Naturellement, puisque l'aura converge vers ce point, le reste de son corps est plus vulnérable et il doit faire attention à ses angles morts. Ce bouclier est habituellement très solide et peut résister longtemps selon la forme et la quantité d'énergie nécessaire. Car plus il y a d'attaque, plus l'aura est endommagée (temporairement) et épuise donc son possesseur.
Dans un stade plus avancé, Boris est capable d'étendre ce bouclier et ainsi d'englober et de protéger plusieurs personnes. Évidemment, plus il étire ce bouclier, moins il est épais et donc plus friable selon les attaques, mais à force d'entraînement, Boris a réussit à développer son endurance et réussir à encaisser d'énormes choques en déplaçant la concentration d'auras aux endroits où les attaques étaient portées (par exemple des attaques à distance ou du corps à corps contre le bouclier). La distance couverte par la protection peut atteindre jusqu'à 10 mètres de circonférence, mais lorsque poussée jusqu'à cette distance, elle ne peut tenir très longtemps, pas plus d'une dizaine de minutes. Pour justement combler ce déficit, Boris a aussi développé une offensive sur ce bouclier. Lorsque nécessaire, ce bouclier lance de petits projectiles, souvent des balles (rappelant les balles de jonglerie en beaucoup plus dures), parfois des fléchettes (rappelant les fléchettes de dard). Cette attaque permet parfois une diversion des assaillants, laissant ainsi les protéger s'enfuir. Dans ce bouclier, on peut franchir de l'intérieur vers l'extérieur aisément, mais le contraire (les choses venant de l'extérieur) ne peuvent pénétrer le bouclier sauf si son manipulateur décide autrement.
L'Orbe est une sorte de spécialisation du Bouclier. Cette orbe, au contraire de l'autre, ne laisse personne en sortir. C'est tout l'inverse du Bouclier. Au lieu de protéger ses occupants, le but est justement de les attaquer. Parfois, Boris fait raisonner le rugissement d'un ours si fort qu'on sent une vibration à l'intérieur de l'Orbe, ce qui a parfois le don de calmer les ardeurs des turbulents qui se voient obligés de se couvrir les oreilles.
L'hibernation est une sous-spécialisation de l'Orbe. Elle permet à Boris d'endormir les occupants de l'orbe pour une durée d'environ 10 minutes, et ce pour environ 15 personnes. Certains sont pourtant capables d'y résister, puisque l'aura agit plutôt comme une sorte d'hypnose pour faire tomber ses occupants dans un profond sommeil.
Le kamikaze est aussi une sous-spécialisation de l'Orbe. Celle-ci possède pourtant un gros inconvénient : Boris doit être à l'intérieur. Un peu comme une mission suicide, et sans avoir compris la raison pour laquelle cela nécessite qu'il soit à l'intérieur, Boris a développé cette attaque en cas de situation extrême. Dans ces cas-là, Boris enferme avec lui ses adversaires, et parvient à faire imploser l'Orbe. L'onde de choc, la vibration et l'aveuglement causés par l'explosion affectent aussi Boris, qui se retrouvent souvent inconscient et vulnérable. Ce pourquoi il appelle cette partie le kamikaze, puisque c'est seulement en cas d'ultime nécessité qu'il se 'sacrifie'. Encore une fois, cette manipulation n'est pas sans faille, quelqu'un étant capable de créer lui-même un bouclier pourrait se protéger de l'implosion, mais celle-ci est en effet très puissante, laissant très peu d'énergie vitale à Boris après son utilisation.
Le Tank Ce renforcement est strictement offensif. Comme son nom l'indique, cela permet à Boris de se frayer un chemin, de foncer sur quelque chose avec beaucoup de puissance. Il peut aussi l'utiliser comme un bélier pour enfoncer quelque chose, et s'il concentre assez d'énergie, pourrait faire tomber un mur bien solide. Son utilisation requière tout de même beaucoup d'énergie car le corps de Boris lui-même met un effort à pousser, à défoncer ou à bousculer lors de l'utilisation du Tank. Toutefois, si j'étais vous, j'éviterais de me mettre dans le chemin de cette masse de muscle avec une soudaine carapace d'aura dure comme de la roche lui permettant de foncer sur tout ce qu'il veut.

► Allure animale : Les ours Kodiak étaient les plus grands des ours avec les ours polaires. Boris n'échappe pas à la règle, et faisait partie des plus grands représentant de son espèce. Pesant dans les alentours de 750 kilogrammes et atteignant une hauteur de 3 mètres une fois sur deux pattes, le moins qu'on puisse dire c'est qu'il est imposant.
Une fourrure dense et foncée, un museau grisonnant et de belles balafres sur le côté droit de son visage laisse envisager le pire. Les quatre troncs d'arbres qui lui servent de pattes sont aussi puissantes qu'énormes, pourvues de longues griffes bien solides soutenant un corps massif et corpulent. Deux yeux noirs et indomptés à l'air farouche augmentent l'aspect féroce de la bête.
► Allure humaine : Colosse, Boris est pratiquement un géant. Sans pourtant dépasser les 6 pieds 2 pouces, par sa carrure, il paraît facilement plus grand. Large d'épaule, il possède deux bras forts et musclés, bien poilu sur les avant-bras, tout aussi fourni sur le torse. Sans posséder des abdominaux de fer, il garde une forme même s'il pourrait sembler avoir un petit embonpoint normal pour son âge. Son tronc est large, il n'a pas vraiment de fesses et est plutôt découpé comme un bloc. Des jambes robustes, des grands pieds, il transpire la masculinité. Des grandes mains avec des doigts grossiers mais habiles, son visage reste le plus caractériel. D'une ossature forte, son mâchoire est large, son menton carré. Des lèvres minces, presque inexistantes, une barbe drue et épaisse mais un crâne dépourvu de cheveux. Des yeux bleu-vert plutôt petits sous des sourcils noirs et broussailleux, cernés par de petites rides soulignant l'âge avec un nez large au centre du visage. Mais ce qui demeure le plus identifiable sont ses cicatrices sur le côté droit de son visage. L'une partant du coin de sa bouche et remontant jusqu'à la pommette avec de petites fentes divergents du chemin principal, puis une autre coupant le sourcil droit, empêchant les poils de repousser. Avec tout ça, Boris dispose d'une allure imposante qui en dissuade plus d'un. Pour ce qui concerne les goûts vestimentaires, Boris joue dans la simplicité et la sûreté. Habituellement une paire de pantalon sobre et confortable, rarement des jeans, agencé avec un haut pour le plus souvent unicolore, souvent noir ou blanc.
Image:
 


Portrait Moral

► Personnalité : C'est un ours. Ce qualificatif est assez approprié. Il semble bourru, et parfois ne l'est pas qu'en apparence. Lorsqu'il est de mauvais poil, c'est un grincheux, quoique pas volontairement désagréable. Il est peu tolérant sur plusieurs choses, mais reste un homme très patient, qui se contentera de se taire et d'observer en sourcillant, n'ajoutant son grain de sel que lorsqu'il le juge nécessaire. Il a tendance à être distant et méfiant envers les étrangers même si une fois détendu, il peut se mettre à l'aise et devenir accueillant et aimable. Malgré ses apparences de bougon, Boris possède un coeur en or. Une fois la confiance établie, il a tendance à devenir surprotecteur, comme un ours avec ses petits. Dès qu'il sent le danger, il devient un peu paternel sur les bords. D'un côté, c'est aussi ce qui le rend attachant. Avec ceux qu'il considère comme proche de lui, il se révèle être chaleureux, une bonne oreille ou une bonne épaule où pleurer, prêt à tout pour se rendre utile. Avec son air grave et sérieux, il a du mal à être très démonstratif concernant les émotions. Ce sont plutôt ses actions qui révèlent ses intentions, plus que ses expressions. Il sourit rarement, mais ils ne sont que plus sincères lorsqu'ils se montrent au coin de ses lèvres. Il a aussi tendance à se laisser facilement amadouer par ses proches, un petit ton suppliant et une bonne raison arriveront souvent à le faire plier et à donner son accord. Justement, il aime qu'on lui demande son opinion, et c'est ce pourquoi il est un bon conseiller. Il sait écouter, peser le pour et le contre et avec impartialité, donner son opinion. Il arrive à mettre les gens à l'aise et en confiance quand il enlève cette impression imposante. Il se révèle même être du genre à encourager lorsqu'il juge qu'il n'y a pas de danger. Car il a tendance à parfois en imaginer un peu partout. Pas surprenant vu le quartier où il habite. Il ne s'inquiète jamais pour lui, toujours pour les autres. D'ordinaire très calme, et malgré les apparences, plutôt de bonne humeur, il faut toutefois faire attention de ne pas le mettre en colère. Car un ours en colère n'est jamais une chose sécuritaire. Il n'est pas rancunier, il a appris à pardonner, cependant il n'oublie jamais.Bon vivant, il aime blaguer à l'occasion, se faisant taquin. Il veut donner leur chance aux autres, le passé étant le passé, il vit dans le présent.

► Chronologie : Originaire d'Alaska, Boris ne fut pas toujours un résident de la ville d'Eden ni barman de l'Underdog. En effet, il fut tout d'abord un jeune ourson, frère d'une petite femelle, élevé par une mère ourse tout ce qu'il y a de plus normal. Exception faite de cette conscience qu'il semblait développé, le différenciant de ses semblables. Pourtant, il vécut avec eux sans anicroche, se comportant comme n'importe quel ours. Il grandit donc pendant une année complète dans un environnement qui était toujours sauvage à cette époque, apprenant les rudiments de la vie en compagnie de sa soeur et sa mère. Malheureusement, le braconnage eut raison de la petite famille, tuant l'ourse et capturant les oursons pour les vendre sur le marché noir. Un marché se trouvant en Russie. Effrayé, ne comprenant ce qui se passait autour de lui, il parvenait cependant à ne pas céder à cette panique animale, observant son environnement des petits trous de se caisse, repérant les humains. Il perdit signe de sa soeur, sans jamais savoir ce qu'il advint d'elle, mais son destin à lui fut bien exceptionnel.
Acheté par un cirque russe, il fut bientôt contraint de se plier aux ordres du dresseur, sous peine de coup de bâton. Les premiers tours furent simples, des roulages sur lui-même, marcher sur deux pattes entre des obstacles, puis sur les deux pattes de devant, augmentant toujours le degré de difficulté. Mais il impressionna par sa vivacité d'esprit, comprenant rapidement les acrobaties. S'il n'arrivait pas à réaliser les tours de bases demandés, le bâton lui rappelait que le choix ne lui revenait pas. Développant une certaine rancoeur envers les humains qu'il côtoyait, il ne pouvait pourtant ressentir qu'un sentiment d'impuissance, ne pouvant ni s'échapper ni refuser les conditions imposées. Une laisse étant attachée presque en permanence à son cou, et des techniques pour le maîtriser ayant démontré que se rebeller ne portait pas fruit, il dut se résoudre à se soumettre devant l'autorité, refoulant son animosité.
Avec le temps, il fit de plus en plus de progrès, apprenant à se tenir en équilibre sur un cylindre, ou le grand classique de l'ours sur un monocycle, allant même jusqu'à apprendre à compter. Devenant la vedette du cirque composé de plusieurs autres animaux, on pouvait lire sur les affiches 'Bousco l'ours prodige', Bousco étant le nom auquel il répondait à l'époque. Apprenant presque à apprécier sa situation avec l'acclamation de la foule, il ne pouvait pourtant que se considérer comme un simple cobaye sans réelle valeur aux yeux de ces gens qui payaient pour le voir faire ces choses exceptionnelles mais hors de sa nature première. Une pensée persistante lui rappelait son ancienne liberté mais la réalité lui rappelait qu'il devait se concentrer sur le spectacle à donner, un mauvais divertissement lui réservant toujours une conséquence à la suite du spectacle... C'est donc avec un faux entrain qu'il effectuait les représentations les unes après les autres, comme une routine abrutissante, parvenant de moins en moins à supporter les bruits de la foule et le regard vide des autres animaux. Était-il donc le seul à comprendre leur situation ?
Après une très mauvaise représentation qui aurait dû permettre au cirque de se trouver de nouvelles commandites, la revanche s'abattit sur Bousco. Administrant une leçon que l'ours n'était pas près d'oublier, le gérant du cirque le laissa marqué de quelques fissures sur le côté droit de son visage. Les éléments se bousculant en lui, Bousco ne pouvait que tourner en rond dans sa cage, les douleurs parcourant son corps déclenchant les instincts en lui. Une colère inconnue s'empara de lui, ses pattes et son corps au complet assenant des coups aux barres de sa prison. L'agitation attira l'attention des autres animaux qui eux-aussi voulurent passer un message, piaffant et remuant dans leurs cages. Le tintamarre fit rappliquer l'homme tant détesté, et celui-ci ouvrit la cage, s'apprêtant à infliger une correction qui calmerait l'ours pour un bon moment, mais celui-ci saisit l'occasion, bousculant l'homme et son long bâton, courant sans savoir où aller sous les cris animales qui s'éloignaient derrière lui. Ses yeux agars cherchèrent un repère dans la noirceur de la soirée bien entamée, mais entendant déjà la voix colérique raisonner derrière lui, décida de foncer tout droit, allant se perdre dans le boisé le plus près. Ses muscles l'élançant et le souffle lui manquant, il finit par s'arrêter au milieu du bois, grimpant à un tronc solide pour passer une partie de la nuit. C'est en se réveillant qu'il remarqua que ses pattes n'étaient plus sertis de longues griffes et qu'aucune fourrure ne protégeait son corps du froid. Il découvrit plutôt des mains et des pieds accrochés à un des bras et des jambes sur un corps nu. Il se retrouvait maintenant avec l'apparence de ceux qu'il avait apprit à haïr, mais une chose n'avait pas changé : la belle balafre sur le côté droit de son visage que ses doigts parcoururent délicatement. Personne ne semblait l'avoir poursuivit jusqu'ici. Il jugea donc bon de redescendre de son perchoir et de trouver quelque chose pour se vêtir. La tâche fut plus difficile que la veille, n'étant pas à l'aise avec ce corps qui était plutôt mal équipé pour l'escalade aux arbres. Il finit donc sur le derrière, ajoutant à son corps endolorit. Il entreprit donc une marche parmi les arbres, tentant en vain de se situer. Son sens de l'orientation n'avait pas été très développé au milieu d'une cage, mais la chance semblait être avec lui alors qu'il déboucha sur une vieille petite maison en retrait, dont la corde à linge était ornée de vêtement. Il en profita pour trouver un pantalon et un chandail un peu trop grand pour lui avant de filer de nouveau vers le bois, longeant cette fois une route, espérant trouver des indications. Après 5 ans passés dans un cirque, la vie à l'extérieur lui semblait bien compliquée, encore plus alors qu'il se retrouvait avec ce corps qui n'était pas le sien. Très peu commode avec ses pieds fragiles, mais pas si difficile avec l'équilibre, puisque lui-même avait appris à marcher sur deux pattes. Pendant qu'il marchait, il se mit à réfléchir. Il ne saurait pas comprendre les indications, à moins qu'elle soit communiquée oralement. Mais comment demander son chemin, il ne parlait que l'ours après tout... Il s'adonna donc à essayer d'articuler quelques mots, et se surprit à être capable de mettre en parole certaines choses qu'il avait entendu tout au long de son escale au cirque. Il put donc demander quelques informations, malgré le regard étrange que lui jetaient les gens. Ils devaient le prendre pour un fou, habillé de la sorte, sans soulier et parlant de façon saccadée. Mais il réussit à se retrouver en ville et en se baladant et en pratiquant, il parvint à apprendre les bases d'être citoyen. Malgré les regards, il demeurait discret et ne s'attira aucune embrouille, personne ne recherchant un jeune homme comme lui, mais plutôt un ours s'étant échappé du cirque. Il en avait entendu parler, dans les rues, à la télévision ou la radio, mais bientôt la rumeur s'effaça. Même s'il avait réussit à passer presque inaperçu, quelqu'un l'intercepta un beau jour, lui demandant de le suivre. Hésitant tout d'abord, puis s'exécutant, Bousco suivit l'homme étrange qui se révéla être sa clé vers un meilleur avenir. Il savait qui il était. Bousco ne savait pas comment il pouvait le savoir, mais il le savait. Il avait immédiatement sous-entendu qu'il n'était pas comme les autres, qu'il avait quelque chose de bestial. Comment avait-il fait pour s'en apercevoir, on ne le saura jamais, mais à partir de ce jour, les choses s'améliorèrent pour Bousco. Il apprit à lire grâce à l'homme, et à perfectionner sa façon de parler. On l'habilla de façon normale, le chaussant (quoique la chose était plutôt désagréable au début) et après un moment d'entraînement, il put enfin se mettre sur les rails de la société. On lui fournit une identité, portant maintenant le nom de Boris Iankovski. C'est donc avec ce nouveau passe-partout affichant 18 ans que Boris s'engagea dans la Marine russe. Exemplaire, autonome et serviable, il fut vite apprécié de ses supérieurs, ce qui fut une expérience toute à fait incroyable au tout début, ne connaissant pas ce genre de relation avec un supérieur. Il est en fait étrange qu'il fut porté vers le cadre militaire après avoir tant cherché la liberté de sortir de sa cage, mais le parallèle lui permettant de voyager et d'apprendre, suffisait à rendre l'expérience gratifiante. On lui posait parfois des questions sur son passé, qu'au début il ne parvenait pas à répondre très explicitement, mais il réussit à détaille l'histoire qu'on lui avait peaufiné avant de lui donner son identité tout au long de son service. Durant une escale sur une petite île, accostés au port, il échangeait avec des habitants de l'endroit, s'éloignant un peu de ses compatriotes. Ceux-ci attirèrent bien vite son attention en s'agglutinant en un rond, Boris délaissant ses occupations pour les rejoindre. Il y avait au milieu de l'assemblement un garçonnet, nu comme un ver. Un des marines s'exclamait qu'il avait accidentellement pilé sur la queue d'un chien et comme il s'était retourné, il était plutôt tombé sur ce gamin dénudé. Boris se frayant un chemin vers l'intérieur du cercle, il remarqua vite l'air apeuré du gamin recroquevillé sur lui-même, effectuant des sons ne ressemblant à rien à ceux d'un enfant normal. Il revit alors sa propre transformation défilé devant ses yeux, et lorsqu'il eut le déclic pour revenir à la réalité, une petite fille s'était faufilé jusqu'au centre, clamant connaître le petit garçon. Certains soldats la prévinrent de ne pas laisser le gamin se promener tout seul sans aucun vêtement, tandis que le soldat continuait de clamer que le gosse n'avait rien de normal. Le cas fut vite mis de côté alors que la fillette traînait le bambin avec elle. Boris jeta un dernier regard vers celui-ci, se reconnaissant en lui mais n'osant dire un mot. Ses années de service se poursuivirent sans incident particulier, sans pourtant que l'homme russe oubli cette coïncidence. Lors d'une patrouille de routine sur une autre île, une bande de canailles déclencha une fusillade, obligeant les marines à s'en mêler. Pris en queue de poisson, ils allaient tous y passer quand les coups de feu retentirent... mais personne ne fut touché. Sans comprendre ce qui venait d'arriver, ils ne perdirent cependant pas une seconde pour contre-attaquer et reprendre le dessus. Seul Boris semblait plus en état de choc, comme soudainement épuisé. En fait, ce fut la première fois que son aura se matérialisa. Une sorte de bouclier qui avait protégé toute son équipe mais personne n'avait pris la peine de trop s'y attarder, la situation ne le leur permettant pas. Par la suite, Boris tenta d'entraîner cette énergie en cachette, évitant de se faire remarquer. Il finit par faire une demande de retraite, qui lui fut accordée puisque bien méritée. Après 20 ans passés dans les services militaires, Boris décida de s'installer ailleurs qu'en Russie pour un nouveau départ. N'ayant pas repris sa forme animale depuis tout ce temps, son métabolisme ours n'aura vieillit que de 10 ans, lui donnant donc un âge de 48 ans humain à sa sortie de l'armée, et un âge de 16 ans sous sa forme ours.
Il s'installa donc dans la ville d'Eden, espérant y trouver une petite vie paisible. C'est par pur hasard qu'il tomba sur Sunny Acres et comprit ce qui s'y tramait réellement. Après l'incident du jeune garçon, il avait toujours souhaité aider ceux -s'il y en avait d'autres- qui se retrouveraient dans la même situation que lui. C'est donc à Sunny Acres qu'il trouva sa nouvelle vocation, aidant à éduquer les nouveaux transformés pour les introduire dans la société. Il laisse le soin de trouver la paperasse nécessaire et enseigner les bases à ceux travaillant réellement à Sunny Acres, se contentant de leur apporter de nouveaux membres lorsqu'il en trouve et de prendre des nouvelles, donnant un coup de main là où on en a besoin. On lui a aussi appris à mieux manipuler son aura et à perfectionner son utilisation. Depuis, il a aussi ouvert un bar dans le quartier Roosevelt, l'Underdog, pas nécessairement le meilleur bar, mais il n'est pas mal non plus. C'est une petite routine qu'il a vite adoré, qui n'a rien à voir avec la pression de donner un bon spectacle, il est son propre maître et il fout dehors ceux qui lui tombent sur les nerfs.
Dans les dernières années il a ramené plusieurs personnes à Sunny Acres, certaines avec qui il a gardé contact, d'autres pas, et certaines auxquelles il s'est attaché. Lors d'une balade en soirée dans le port, il remarque de l'agitation sur l'un des navires, murmures d'une altercation. Il ne s'approche pas de trop près, tendant l'oreille et en voyant un jeune homme détaler nu, le déclic se fait rapidement. Contournant quelques containeurs de marchandise et quelques caisses, il attend le jeune homme au coin avec une toile qu'il a déniché parmi tout ce qui traîne au port. Dès que celui-ci passe à côté de lui, il lui passe la toile en question sur la tête puis le soulève avec facilité pour l'éloigner de ses pourchasseurs. La méthode n'est pas la plus délicate, mais l'utilisateur n'a rien de délicat, et c'est le mieux qu'il ait trouvé. Une fois sa prise calmée, il le redépose par terre et retire le tissu. Pas de doute, c'est un transformé. Il lui tend la toile pour se couvrir et débute une explication simple de la situation. Naturellement, cela a peu de sens pour le jeune homme, mais Boris a l'habitude. Comme pour les autres, il le confit à Sunny Acres malgré les réticences de Roy en lui promettant de faire tout en son possible pour libérer sa famille qui a aussi été fait captive. Homme de promesse, Boris s'informe et tente de découvrir ce qui est advenu des autres caisses avec les animaux, mais il semble qu'il soit déjà trop tard. Il passe prendre des nouvelles du jeune homme de tant à autre, évitant les questions au sujet des autres chacals, lui disant de ne pas s'en faire et de se concentrer sur son apprentissage à Sunny Acres. Il s'attache au gosse avec le temps, Roy s'avérant d'être tout de même de bonne compagnie. Après avoir apprit tout le nécessaire, Roy se voit confié ses faux papiers et Boris l'attend pour le féliciter. Cependant, le jeune n'est pas dupe et a bonne mémoire, il s'empresse donc de prendre des nouvelles de sa famille, sur quoi Boris demeure silencieux. Mais le silence est parfois plus révélateur que les mots. Roy explose, Boris encaisse et sur ce, Roy part à son compte, ne rendant aucune visite au vieil ours. Boris parvient pourtant à avoir de ses nouvelles par l'entremise d'autres et apparemment le jeune homme a pris le mauvais chemin. Il rejoint la Mafia et lorsqu'il découvre l'Underdog, se fait une joie de venir narguer Boris en draguant les serveuses et en jouant les petits malin. Boris le laisse faire, le gardant à l'oeil et ne se gênant pas pour le remettre à sa place. Il a aussi mis sur le planché une nouvelle serveuse, une transformée qu'il a découvert à l'orée du bois, elle aussi nue comme un ver avec tout l'attirail d'un cheval de course. Conduite aussi à Sunny Acres, Alexa travaille maintenant au bar et Boris veille bien sur sa nouvelle protégée.

► Aime : La tranquillité, son bar, la routine, la pêche, les choses simples, aider, les enfants en général.
► N'aime pas : Les fauteurs de trouble, les étrangers, les embrouilles, les mensonges, tout ce qui se rattache au cirque

► Ambitions : Aucune particulière, si ce n'est d'aider les autres. Donner un coup de main à Sunny Acres, mais rien de bien extravagant. Peut-être s'acheter un bateau un de ces jours.
► Peur : Les clowns. Il le cache bien, après tout, on ne croise pas des clowns tous les jours. Dû à sa mauvaise expérience avec le cirque, il a développé une peur inconsciente des clowns. Ce n'est pas une peur panique, seulement une mauvaise sensation à la vue de ces bouffons. Il n'en parle pas, en fait personne ne doit être au courant à part lui-même, ayant plutôt honte de cette phobie.
Vous

► PUF : Aqua
► Comment avez-vous connu le forum ? : Je l'ai fait ?

► Des modifications à apporter ? : Je sais pas ?
► Mot de la fin : FEAR ME IMMA BEUUUUR.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexa
Admin
avatar
Messages : 180
Date d'inscription : 14/02/2013
Age : 23
Localisation : L'underdog

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Boris Iankovski   Ven 1 Mar - 22:26

Validé l'vieil ours mal lèché!

_________________

http://ask.fm/SunShineTlt

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Boris Iankovski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» BORIS VALLEJO
» BORIS VALLEJO (dessins)
» Boris ...
» L'étrangeté et la spécificité du monde de Boris Vian
» Rien sur Cleet Boris??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lying Truth :: « Society » :: » Validés :: Hommes-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit