The Lying Truth

« Les apparences sont trompeuses. Rien n'est vraiment ce qu'il semble être. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Jeu 21 Mar - 19:06

Seize heures vingt six, un Vendredi tout à fait banal.
Le ciel avait troqué sa belle couleur bleue pour un gris maussade et des nuages noirs. Le vent soufflait et secouait les frêles branches des arbres, fouettant les quelques passants qui se hâtaient. Il pleuvait.

La bibliothèque, en harmonie et à l’image de la météo, était plongée dans une ambiance studieuse. Les murmures, d’habitude nombreux, se faisaient rares et les échanges verbaux courts. Le silence était tel que l’on pouvait entendre le bruissement des pages de livres se tourner, les mines de stylos au contact des feuilles et la trotteuse de l’horloge suspendue au dessus de la porte d’entrée de la salle de lecture émettre ses tics et ses tacs incessants…

Pourtant, Amber, contre tout, contrastait avec le reste du monde et laissait transparaître sur son visage une gaité qui ne l’avait pas habitée depuis un long moment. Quelle en était la raison ? Ou plus exactement, quelles en étaient les raisons ? Il y avait d’abord le fait d’avoir fini le tri dans la réserve. Oui, c’était quelque chose de banal et dont elle avait l’habitude désormais, mais c’était tout de même un soulagement… Elle n’avait plus à s’enfermer dans cette triste pièce mal éclairée, seulement accompagnée d’une multitude de cartons comprenant des livres. La seconde raison, quant à elle, était un peu plus importante : c’était Sinéad. Ou plutôt, c’était ses retrouvailles avec Sinéad. Un « heureux » hasard – si l’on pouvait qualifier d’une telle façon un incendie – l’avait remise sur la piste du jeune homme… Elle qui pensait ne jamais pouvoir le revoir, voilà qu’elle faisait le chemin jusqu’à sa chambre d’hôpital pour s’assurer de sa santé !

Quelques jours s’étaient justement écoulés depuis cet évènement, quelques jours où elle n’avait pas eu de nouvelles de lui, mais où elle se sentait plus légère qu’avant. Moins perdue, en quelque sorte… Savoir qu’une personne qui avait fait partie de son enfance était de nouveau là, cela la rassurait. Et puis, elle comptait bien le revoir très bientôt ! Le seul problème qui se posait était sa forme… Ou les éventuels rapprochements qu’il pourrait faire entre son apparence humaine et son apparence animale. Le verrait-il ? Elle ne tarderait pas à le vérifier, de toute façon. Et plus tôt qu’elle le pensait, ah ça oui…

Le visage illuminé, Amber s’attardait dans les rayons, s’efforçant de ne pas sourire. Dans le monde des humains, le fait de sourire sans raison apparente était perçu comme quelque chose d’étrange voire d’anormal, et il était possible de passer pour un fou auprès de plusieurs individus… Et avec ses deux mégères de supérieures, autant dire qu’elle n’avait pas le droit à l’erreur. Se pinçant la lèvre, la jeune femme rangea un livre dans l’une des étagères situées à sa hauteur et se détourna pour aller reposer les autres, qu’elle tenait contre ses côtes par une pression de bras.

Dans ses rêveries, elle ne fit pas attention à la personne qui passait au même moment, alors qu’elle déboulait d’un couloir d’étagères. Elle fonça littéralement dedans, ses livres tombant au sol dans un fracas qui réveilla l’espace d’un instant la bibliothèque. Les personnes, surprises, s’étaient retournées pour voir ce qu’il s’était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Sam 23 Mar - 19:34

Il avait terminé les cours plus tôt aujourd'hui. Cela faisait tout juste une semaine que l'accident avait eu lieu. Les médecins lui avait dit qu'il avait eu beaucoup de chance. Il n'avait que des brûlures peu profondes, et celles-ci guériraient vite. Ils avaient raison, puisqu'aujourd'hui il avait pu reprendre les cours et ne sentait presque plus de douleurs. Certes sa peau était un peu rouge par endroit et pas tout à faite reconstruite... Mais c'était déjà bien, si l'on considérait qu'il aurait pu y rester.
Il avait également appris aujourd'hui qu'un exposé était prévu pour la semaine d'après. Compte tenu de son état il en avait été dispensé d'office, cependant comme il était de nouveau sur pieds, il avait demandé à intégrer le groupe de ses amis William et Fedric. Il avait donc été décidé qu'ils feraient l'exposé à trois.
Et ce jour là, les cours se terminant plus tôt, ils avaient tous les trois décidé d'aller à la bibliothèque pour commencer leurs recherches. Fedric avait prévenu qu'il ne resterait pas longtemps, son père rentrant de son voyage d'affaire vers 17h30. Sinéad lui avait déclaré qu'il n'y avait aucun problème à ça, tout comme William. Ils s'étaient donc plus ou moins dépêchés pour pouvoir travailler un minimum avant le départ de Fedric.
Ils venaient tout juste d'entrer quand William, marchant à reculons la tête tournée vers Fedric et Sinéad, et qui racontait l'histoire de l'incendie à la place de ce dernier par des grands gestes, percuta la jeune documentaliste. Ne s'attendant pas au choc, William tomba en arrière, s'étalant le dos au sol. La documentaliste abasourdie fit tomber tous ses livres, dont la bonne moitié tomba sur le pauvre camarade de Sin' qui, lui, riait aux éclats.

- Alors, on regarde pas où on va Willy ?
- Non, le feu l'éblouissait ! Hahaha !

William, le souffle coupé par les livres, finit par se redresser. Il ramassa les livres qui étaient proches de lui, s'excusant dans un grognement. Il était contrarié de s'être ridiculisé devant ses amis qui avaient sauté sur l'occasion.

- Grmbl... D'solé.. Je regardais pas où j'allais.

Sinéad tourna la tête vers les autres usagers de la bibliothèque. Tout le monde ou presque les regardaient... Ils avaient fait pas mal de bruit aussi, et dans la bibliothèque le silence était de mise.

- C'est bon, tout va bien ! Excusez nous du dérangement !

Visiblement ses paroles avaient suffit à calmer la curiosité ou le mécontentement des gens. Ceux-ci retournèrent à leurs ouvrages, laissant Sinéad se déconcentrer sur la scène. Il se pencha pour aider William à ramasser les livres, grimaçant en sentant son dos le piquer un peu.

- Grr.. Laisse moi faire, espèce d'infirme.
- Eh, c'est pas moi qui tombe à la première intersection !

Sinéad lui fit un grand sourire provocateur, se relevant avec les quelques bouquins qu'il avait ramassé. Prenant un ton un peu pompeux, il murmura d'un voix assez haute et intelligible pour que William l'entende.

- Veuillez excuser mon ami, il n'est guère très adroit !

Sinéad tendit les livres à la documentaliste, portant enfin attentivement son regard sur elle. Elle les récupéra et il croisa son regard. Elle avait des yeux dorés comme... Comme le corbeau ?... Décidément il n'arrêtait pas de croiser cette couleur d'iris en ce moment... Perturbé, il la regardait fixement pendant que William se releva en s’époussetant.

- HUM HUM. Je ne voudrais pas te déranger mais si on doit bosser l'exposé, autant le faire avant que je parte. Non ?

Fedric se tenait derrière lui les bras croisés. Sinéad était-il resté si longtemps que ça à la fixer ? Il détourna le regard, regardant alternativement William et Fedric qui le regardaient aussi.

- Quoi ?.. Eh ! C'est pas ce que vous pensez, c'est juste que j'ai déjà.. Non laissez tomber en fait..
- Ouais ouais, c'est ça. Allez hop, on y va !

William s'excusa une nouvelle fois avant de s'éloigner, tandis que Fedric prenait Sin' par les épaules pour l'éloigner. Sinéad jeta de nouveau un regard derrière lui, troublé. Puis il s'en alla travailler.


[…]

A 17h30, comme prévu, Fedric partit rejoindre son père. Ils avaient plutôt bien avancé, bien que Sinéad eut un peu de mal à se concentrer directement. La couleur de ces yeux le troublait vraiment, on aurait dit les mêmes. Puis William s'était aussi retiré, il avait des courses à faire avant de rentrer, ils s'étaient donc dit au revoir, et il était rentré. Sinéad quant à lui était resté. Sa mère travaillait encore. Il ne pouvait pas rentrer chez lui puisque sa maison avait été en grande partie ravagée par les flammes. Lui et sa mère étaient hébergés chez des amis le temps qu'ils trouvent un nouveau logement, lui même le temps de remettre en état la maison. En attendant, il pouvait rester jusqu'à la fermeture de la bibliothèque à lire des livres ici. Il avait surtout l'impression de déranger dans l'autre maison. Il se remit donc à lire, en attendant la fermeture de la bibliothèque. Peut-être qu'il irait voir la documentaliste pour s'assurer que... Non, sûrement pas. Ce n'était qu'une coïncidence.

Codes couleur:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Sam 23 Mar - 21:01

Abasourdie par le choc, bien qu’elle ne soit pas tombée, Amber cligna des yeux et regarda confusément autour d’elle : oui, bien sûr, le bruit avait éveillé la curiosité des gens, et probablement même leur agacement… La jeune bibliothécaire riva enfin son regard sur la personne qu’elle avait heurtée, encore au sol. Elle constata rapidement que ses livres lui étaient tombés dessus, et elle se sentit soudainement mal à l’aise. Comme reprenant tout à coup conscience, elle s’accroupit auprès du jeune homme pour voir s’il n’avait rien et, accessoirement, ramasser ses livres sans même y porter réellement attention.

- Oh, je suis confuse, excusez-moi… Tout va bien ?

Elle se pinça la lèvre, gênée. Bon sang, rêver ne lui allait absolument pas, il fallait qu’elle reste concentrée ! Perdre son emploi à cause d’un tel événement serait affligeant…

- Alors, on regarde pas où on va Willy ?
- Non, le feu l'éblouissait ! Hahaha !


Inconsciemment, la voix lui évoqua quelque chose, mais la confusion de l’instant eut l’effet de dissimuler cela. Elle regardait toujours le jeune homme qu’elle venait de renverser, finissant de rassembler – avec son aide – les livres les plus proches qu’elle épousseta brièvement.

- Grmbl... D'solé.. Je regardais pas où j'allais.

Amber lui sourit faiblement, l’air navrée.

- Non, ne vous en faites pas… C’est moi qui n’ai pas fait attention…
- C'est bon, tout va bien ! Excusez nous du dérangement !


De nouveau, la voix l’interpella, mais plus vivement cette fois-ci. Elle jurait l’avoir entendu il n’y avait pas si longtemps que cela… Kaos ? Non, c’était quelqu’un d’autre de plus jeune. Elle finit par se redresser et lever ses yeux sur lui lorsqu’il se baissa pour ramasser les livres restants. Son cœur rata un battement, à un tel point qu’elle faillit à nouveau lâcher ses livres.
Sinéad.

- Grr.. Laisse moi faire, espèce d'infirme.
- Eh, c'est pas moi qui tombe à la première intersection !


Le monde semblait tourner au ralenti autour d’elle… Il ne s’était pas encore arrêté, non, mais elle jurait que cela allait bientôt arriver. La bibliothèque plus ou moins revenue au calme ne l’aida pas et, au contraire, elle focalisa davantage sur le jeune homme qu’elle avait vu pour la dernière fois à l’hôpital. Il avait l’air d’aller mieux… Lentement, le temps reprit le contrôle, ramenant Amber à la réalité. Perturbée et prise d’une soudaine angoisse, elle n’entendit même pas la phrase censée la faire sourire. Elle l’avait en face d’elle. Elle l’avait en face d’elle… Sous forme humaine. D’accord, elle songeait au fait que cela arrive un jour… Mais pas de sitôt. Pas une semaine après leurs retrouvailles. Qu’allait-il penser ? Qu’allait-il dire ? Et s’il faisait le rapprochement là, ici, en public, devant tout le monde ?! Amber ravala sa salive, souriant maladroitement. Elle ne devait pas laisser apparaître son anxiété… Elle était douée pour ça, elle devait y arriver.

Mais les efforts qu’elle fit pour prendre un air détaché s’effondrèrent à l’instant-même où Sinéad lui rendit son regard… A l’instant même où elle capta le doute que reflétaient les yeux de celui qui se tenait face à elle. Elle en oublia même la présence des deux autres personnes… En fait, elle avait carrément oublié qu’elle était à la bibliothèque et qu’elle devait finir de ranger les livres que lui tendait justement Sinéad. Elle secoua faiblement la tête et les attrapa un peu trop sèchement, tentant de dissimuler sa peur.

- HUM HUM. Je ne voudrais pas te déranger mais si on doit bosser l'exposé, autant le faire avant que je parte. Non ?

Elle remercia intérieurement l’ami de Sin’ de la rappeler à l’ordre. C’était vrai qu’ils avaient l’air louche à se regarder, comme ça. Cela lui faisait vaguement penser aux scènes dans ces téléfilms qui passaient l’après-midi… Une rencontre, une musique douce, deux personnes coupées du monde et un… Oh non ! Ils n’allaient quand même pas croire que Sinéad et elle avaient eu un coup de foudre ?! La prise de conscience lui hérissa l’échine et amplifia encore son stress. A cet instant, elle aurait tout donné pour se transformer, s’envoler loin de tout ça et ne plus jamais revenir… Mais elle ne le pouvait malheureusement pas, c’était contre les règles de conduite qu’elle s’était instaurées.

- Quoi ?.. Eh ! C'est pas ce que vous pensez, c'est juste que j'ai déjà.. Non laissez tomber en fait..
- Ouais ouais, c'est ça. Allez hop, on y va !


Amber resta sans voix. Même si elle avait voulu leur répondre, elle n’en aurait jamais eu l’énergie. Elle n’avait pas eu le temps de préméditer et de préparer savamment sa rencontre « officielle » avec Sinéad… Résultait de celle-ci une catastrophe. Allait-elle pouvoir affronter de nouveau son regard ?

Elle leva les yeux sur l’horloge. Seize heures trente. Elle avait encore deux heures à tenir. Pourvu qu’ils partent avant la fermeture…

***

Pendant près d’une heure quarante cinq, Amsbesis s’était efforcée de faire le moins de passages possibles dans l’allée centrale. Elle avait terminé son rangement et errait à la recherche de livres perdus et mal classés…

« Les livres sont moins perdus que toi, idiote… » songea-t-elle en étouffant un soupir, constatant enfin que cela faisait trois fois qu’elle vérifiait le même rayon. Vraiment, ses supérieures allaient finir par la prendre pour une folle…

La jeune femme aux yeux ambrés allait s’emparer d’un livre lorsqu’elle sembla entendre son nom. Elle redressa un instant la tête, à l’affut, puis voyant que l’expérience ne se renouvelait pas, elle reposa la main sur la tranche du livre, jusqu’à ce que…

- AMBEEEER !

La jeune femme eut un soubresaut. Vraiment, cette vieille mégère… Aucun respect ! Comment pouvait-elle diriger une bibliothèque si elle n’était même pas capable de comprendre qu’il fallait être silencieux ?! Non, elle, elle préférait hurler et déranger les gens présents plutôt que de devoir se dépenser à chercher son employée dans les rayons… Elle aurait mieux fait de travailler dans une poissonnerie, oui !

Tout en pestiférant intérieurement, Amber se rendit le plus vite possible dans l’allée centrale, de manière à ce que sa supérieure ne renouvelle pas le cri. Finalement, ce n’était pas elle qui passait le plus pour une demeurée, dans cette histoire. Elle passa devant les tables sans y porter grande attention. Le cri de la femme avait eu pour effet de la concentrer uniquement sur son boulot, et rien d’autre. Amb’ vit celle qui l’avait interpellée plus loin, devant le comptoir. Une femme se tenait aussi à côté d’elle, tapotant nerveusement sur le bois sculpté.

- Ah et bien, te voilà ! prononça sèchement la mégère, tu en as mis du temps !

« Trente secondes… » répondit intérieurement Amber, canalisant sa soudaine envie de se rebeller.

- Oui, je terminais de ranger le rayon des livres culinaires.
- Cette femme cherche un bouquin bien spécifique, aurais-tu l’amabilité de lui trouver ? lui fit la vieille femme en la gratifiant d’un sourire faux.
- Bien sûr. Amber se tourna vers la femme. Vous cherchez quel livre au juste ?
- Terres Promises de Gary Zakaway.
- Un instant alors, je vais aller vous le chercher.

Sur ces mots, Amber tourna les talons et s’éloigna à nouveau. En passant, elle ne put s’empêcher de regarder vers les tables. Il restait peu de monde, il était donc probable que Sinéad et ses amis soient partis il y avait déjà un petit moment… Pourtant, ses yeux eurent vite fait de se poser sur un individu seul, assis à une grande table en bois. Effectivement, les camarades étaient partis… Mais pas lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Dim 24 Mar - 11:47

Sinéad regarda sa montre : 18h29. Si sa mémoire était encore intacte, la bibliothèque fermait à 18h30. 18H45 parfois. Quoiqu'il en soit, ils allaient bientôt annoncer la fermeture. Le jeune homme ferma donc son livre, regardant une nouvelle fois la couverture. Terres Promises. Il n'était pas si mal ce livre, peut-être allait-il l'emprunter finalement.

Sinéad se leva, gardant le livre contre sa jambe, dans sa main. Il sourit doucement en imaginant le rêve de Gary Zakaway, l'auteur. Si un espace coupé du temps et du monde actuel existait vraiment. Qui le peuplerait ? S'il n'y avait personne.. Comment l'humanité ferait-elle pour y repartir de rien sur de nouvelles bases ? Comment ferait-elle pour éviter les erreurs qu'elle a fait dans le passé ? Le pourrait-elle seulement ? C'était une remise en cause qui lui plaisait bien. Même si la quatrième de couverture ne lui avait pas parlé plus que ça, après avoir lu deux chapitres, il avait envie de finir le livre. Aussi hésitait-il à l'emprunter, ou à revenir après les cours. Tout en marchant vers l'entrée, il y réfléchissait.

Finalement il avait décidé de le laisser. Puisqu'il aimait bien venir ici dans le calme, et qu'il n'allait pas le lire à l'école, ni chez lui... Puisqu'il n'avait temporairement plus de « chez lui ». Alors il bifurqua vers la rangée où il avait pris le livre. En arrivant devant, il fut surpris d'y trouver la documentaliste cherchant dans le rayonnage. Il sourit doucement en s'approchant. Il lança d'une voix basse typique des bibliothèques et sur un ton amusé :

- Vous cherchez quel livre ? Je pourrais peut-être vous aider.

Il savait bien évidemment qu'il ne pourrait pas l'aider, puisque c'était sûrement elle qui rangeait et qui triait les livres. Elle avait donc fait son propre rangement et personne d'autre qu'elle ne pouvait mieux s'y connaître. Mais c'était une bonne plaisanterie pour lancer la discussion. Bon évidemment il n'allait pas lui dire qu'elle avait les mêmes yeux qu'un corbeau qu'il avait vu une semaine auparavant. Ça n'allait surement pas lui faire plaisir en plus... Il n'allait pas non plus la bousculer comme l'avait fait William ! Sinéad n'avait pas particulièrement envie d'en demander plus. Il voulait simplement discuter, parce qu'il aimait bien discuter.

Il tourna son regard vers l'étagère où il avait pris son livre pour chercher sa place. Là. Il venait juste de trouver. Il le reposerait dès que la documentaliste se serait écartée, puisqu'elle était juste devant.
Il tourna sa tête vers... Amber, comme l'indiquait son badge, attendant sa réponse. Il ne put s'empêcher de faire la remarque que son nom allait bien avec ses yeux... Amber ! Ca aurait fait un bon nom pour le corbeau ! Dommage qu'il ait déjà été pris. Il se surpris à sourire dans ses songes.
Il cessa de sourire, reprenant un peu de sérieux, puis il la regarda dans les yeux. C'était vraiment incroyable cette ressemblance. Mais après tout il existait bien des sosies, ou des jumeaux.. Et en plus il n'y avait que les yeux. On ne pouvait pas dire qu'ils avaient les mêmes ailes ou la même bouche ! Haha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Dim 24 Mar - 12:16

Amber avait finalement réussi à faire abstraction de la présence de Sinéad pour exécuter son travail. Elle se rendit donc dans le rayon des fictions, où elle devait normalement trouver le bouquin que cherchait la femme qui l’attendait au comptoir. Aux dernières nouvelles, personne n’avait soumis un emprunt pour ce bouquin, alors s’il n’était pas là, c’est que quelqu’un l’avait momentanément pris pour le lire en bibliothèque… Ou qu’un malotru l’avait volé. Mais il fallait être bien bête pour emporter secrètement les biens d’un établissement qui les proposait gratuitement

Effleurant les étagères et les tranches des livres du bout des doigts, la jeune femme aux yeux ambrés chercha le livre à plusieurs reprises, en vain. Peut-être que celui qui s’en était emparé l’avait rangé au mauvais endroit ? Mais ce n’était pas quoi que de trouver la lettre correspondante à la première lettre du nom de famille de l’auteur et de le classer au bon endroit… D’autant plus que cela lui facilitait grandement la tâche lorsqu’elle devait repasser derrière.

Elle faillit faire un bond incontrôlé lorsqu’une voix plus qu’inattendue s’éleva derrière elle :

- Vous cherchez quel livre ? Je pourrais peut-être vous aider.

Elle se contenta de faire volte-face, sur sa défensive. Cependant, elle eut bien vite fait de laisser pendouiller ses bras contre son corps en remarquant qu’il ne s’agissait que de Sinéad. C’était à la fois rassurant et angoissant… Elle préférait le côté rassurant, mais son instinct, lui, se rangeait plus du côté de l’angoisse. C’est pourquoi elle sentit son ventre gargouiller, non pas à cause de la faim, mais de la peur. Faisait-il exprès de la suivre partout ?!

- Euh…

Elle s’efforça de se rappeler qu’elle était une employée et que lui n’était qu’un client. Il fallait donc qu’elle se ressaisisse, ce qu’elle fit après avoir planté ses ongles dans la paume de ses mains pour se réveiller.

- J’imagine que vous avez besoin de moi, murmura-t-elle en laissant apparaître un faible sourire mal assuré, pensant qu’il inversait les rôles pour plaisanter, laissez-moi juste un instant, je termine avec quelqu’un d’autre.

« Lorsque j’aurais retrouvé ce satané livre… »

Naturellement, elle baissa les yeux sur les mains de Sinéad, ayant remarqué qu’il tenait un bouquin sans vraiment y porter attention. Mais… ? La jeune femme tendit très légèrement l’index vers le livre et leva son regard sur son interlocuteur qui était déjà en train de la fixer. Elle concentra ses efforts pour ne pas détourner les yeux. La façon qu’il avait de la regarder la gênait pas mal…

- Je… Enfin, c’est justement ce livre que je cherchais, bredouilla-t-elle en reculant instinctivement un pied, vous vouliez… L’emprunter ?

Elle se surprit à scruter son regard en retour. Il y avait vraiment quelque chose de spécial dans celui de Sinéad… Comme s’il semblait être sur une piste. Avoir découvert son identité réelle. Mais en même temps, c’était doux…

« Arrêtes de penser, bon sang… Tu vas finir par te griller toute seule… » songea-t-elle en joignant ses deux mains devant elle, les bras perpendiculaires au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Dim 24 Mar - 16:00

La documentaliste fit volte-face au moment où elle entendit sa voix. Visiblement sa plaisanterie lui avait fait plus peur qu'autre chose. Cependant elle sembla se décontracter un instant en voyant que ce n'était que lui, un usager de la bibliothèque. Puis il entendit un gargouillis, mais il était certain que ce n'était pas lui. Il n'avait pas encore très faim et puis...

- Euh…

Il manqua de rire, mais se retint par politesse. C'était donc elle la responsable. Elle avait probablement faim... Il faillait aussi dire que c'était presque l'heure du repas. Peut être qu'à la bibliothèque ils devaient manger plus tôt pour être présents à tout moment de la journée. Après tout la bibliothèque ne fermait pas à midi.

- J’imagine que vous avez besoin de moi, laissez-moi juste un instant, je termine avec quelqu’un d’autre.

Il n'avait pas vraiment besoin de son aide, il attendait juste qu'elle se décale pour pouvoir ranger son livre, puis rentrer.. là où il habitait pour le moment. Cependant elle ne lui laissa pas le temps de répondre, elle pointa du doigt le livre qu'il tenait. Il regarda sa main en penchant la tête, puis releva le livre, la regardant un instant se demandant pourquoi elle le désignait.

- Je… Enfin, c’est justement ce livre que je cherchais, vous vouliez… L’emprunter ?

Sinéad regarda un instant le livre, se demandant lui même s'il voulait l'emprunter ? Non, il ne voulait pas l'emprunter. Cependant il aurait bien aimé qu'il reste ici pour le lire en rentrant des cours le soir... Bah. Il aurait d'autres livres à lire. Et des devoirs à faire aussi. Peu importait, il lui tendit le livre.

- Ah non, je venais simplement le déposer. Et comme vous étiez devant je ne pouvais pas le ranger ! Comme ça va fermer, je rentrais, voilà tout

Sinéad regarda un instant derrière lui, comme s'il sentant la présence de ses amis, pourtant partis, qui pourraient se moquer de lui. C'aurait été absurde, il n'avait rien fait ! Il secoua la tête en souriant légèrement pour se reprendre.

- Bien.. Alors je vous souhaite une bonne soirée

Le jeune homme fit demi tour pour s'en aller. Il n'avait plus rien à faire ici. Cependant en sortant de la rangée, il ne put s'empêcher de sourire

- Je vous aurais bien invitée à manger, puisqu'ils n'ont pas l'air de vous nourrir assez ici ! Mais j'ai une fâcheuse tendance à faire brûler les plats.

Sinéad ne savait même pas pourquoi il avait sorti cette phrase. A l'origine c'était juste pour l'embêter comme il aimait parfois le faire. Pourtant c'était une inconnue, et il n'avait pas vraiment d'endroit où l'inviter à manger. En plus elle n'aurait pas pu accepter, et c'était.. Vraiment déplacé. Il regretta presque instantanément sa boutade pseudo-proposition. Tant pis, ce qui était fait, était fait. Au pire il se ferait insulter. Même si c'était vraiment dans le pire des cas. Il n'avait rien fait de mal non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Dim 24 Mar - 17:36

Lorsqu’il lui tendit le livre, Amber s’en empara lentement, plus occupée à sonder Sinéad qu’à penser à l’usagère de la bibliothèque qui attendait qu’elle lui ramène ce même bouquin. Elle laissa un instant ses doigts reposer sur la quatrième couverture avant de réellement le saisir et de le bloquer sous son bras, comme elle avait pris l’habitude de le faire.

- Ah non, je venais simplement le déposer. Et comme vous étiez devant je ne pouvais pas le ranger ! Comme ça va fermer, je rentrais, voilà tout.

La dernière phrase que prononça son interlocuteur la déçut presque. Elle qui avait passé la fin de son après-midi à se tenir le plus loin possible de lui pour ne pas avoir à l’affronter ou à risquer qu’il découvre qu’elle n’était qu’en réalité le fameux corbeau, voilà qu’elle trouvait qu’elle ne l’avait pas assez vu… Si elle n’était même pas en accord avec elle-même, comment pouvait-elle prendre la décision de le rencontrer sous sa forme humaine ? Certes, cela s’était fait plus vite que prévu et l’avait déstabilisée au plus haut point, mais tout de même… Soit elle voulait le voir, soit elle ne le voulait pas ! Mais nager entre deux courants n’allait rien lui apporter de bon, ne serait-ce que lui faire perdre confiance en elle-même et la rendre plus louche encore…

Le mouvement de tête de Sinéad la sortit de ses songeries affolées. Elle devait trouver une solution pour gagner un peu de temps avec lui… Mais quoi ? Elle ne pouvait tout de même pas lui proposer de sortir boire un verre ? C’était passer pour une fille facile et peu vigilante, en plus… Enfin, il n’avait pas l’air d’être méchant ! Puis elle savait qu’il ne lui ferait pas de mal… Mais c’était une question de principe. Elle ne pourrait pas lui proposer naturellement cela.

- Bien.. Alors je vous souhaite une bonne soirée.

Lorsque le jeune homme se retourna, Amsbesis baissa légèrement la tête. Comment pouvait-elle le retenir un petit peu ? Parler de livres ? Non, cela ne devait pas le passionner tant que cela… Et puis, ça allait être suspect ! Ne pouvait-elle pas au moins lui demander son numéro de téléphone ? Non, c’était pire encore… Il allait croire qu’il avait une touche. Mais n’était-ce pas un peu le cas ? Amber cherchait à tout prix à se rapprocher de Sin’ alors qu’officiellement, elle ne connaissait absolument rien de lui… En réalité, elle voulait juste reprendre et garder contact avec la personne qui fut la plus proche d’elle durant son enfance… Mais sous cette forme.

Puis tout à coup, une phrase.

- Je vous aurais bien invitée à manger, puisqu'ils n'ont pas l'air de vous nourrir assez ici ! Mais j'ai une fâcheuse tendance à faire brûler les plats.

Son visage s’illumina. Il avait fait ce qu’elle n’osait pas faire ! Il lui avait ouvert une porte ! Sur le moment, elle eut littéralement envie de se jeter dans ses bras pour le remercier, mais cela ne ferait que ruiner à la fois sa crédibilité et sa fierté. Elle se contenta donc – non sans difficulté – de sourire, une lueur d’espoir dans les yeux. Elle avait compris que Sinéad avait un certain sens de l’humour et aimait bien envoyer des boutades, mais cette fois-ci, il n’y échapperait pas ! Qu’il soit sérieux ou non, il l’emmènerait dîner. Elle n’allait pas passer à côté de cette opportunité, non mais !

- Ce… Ce serait avec plaisir ! fit-elle sans maîtriser sa voix qui vacilla sur la fin de sa phrase. Je suis une grande adepte des plats brûlés, en plus... compléta-t-elle avec une petite touche d'humour.

Amber regarda brièvement ce qu’elle tenait dans sa main. Mince, le livre ! Elle vérifia instinctivement autour d’elle que personne n’ait vu la scène. Un individu mal intentionné pourrait très bien dénoncer son manque d’intérêt pour son travail – ce qui n’était absolument pas le cas. La jeune femme trottina jusqu’à Sinéad et lorsqu’elle passa à côté de lui, elle se retourna pour lui faire face, marchant à reculons.

- Un instant, je vais apporter ce livre à la dame qui le cherchait et j’arrive ! Restes au chaud en attendant.

Dans son enthousiasme, Amber ne fit même pas attention au fait qu’elle soit passée du vouvoiement au tutoiement. De toute manière, ils devaient probablement avoir le même âge… Physiquement. Elle le gratifia d’un faible sourire sincère avant de se retourner pour trottiner jusqu’au comptoir où attendait la femme.

***

Amsbesis avait eu beaucoup de mal à garder le contrôle de ses émotions durant le court échange qu’elle entretint avec la cliente. Sa vie avait été tellement monotone jusque là qu’elle en avait oublié à quel point la joie pouvait être un ressenti puissant. C’était un peu comme l’achèvement d’une vie presque triste pour elle… Maintenant que Sinéad, son premier sauveur, était de retour, elle pouvait dire adieu à la solitude et aux peurs. Il serait là… Enfin, dans quelques temps. Elle avait encore des choses à régler avec lui, avant.

Elle se précipita dans le vestiaire pour attraper son long manteau noir et l’enfiler, saisie d’une incroyable impatience, puis s’empara au vol de son sac dont elle passa la lanière par-dessus sa tête et la laissa retomber sur son épaule. Ressurgissant dans la salle de lecture, elle l’aperçut en train d’attendre près de la sortie. Elle s’efforça de marcher calmement, mais elle ne pouvait, en revanche, pas se retenir de sourire bêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Lun 25 Mar - 18:23

Il allait tourner au coin de la rangée quand il entendit une voix s'élever.

- Ce… Ce serait avec plaisir ! Je suis une grande adepte des plats brûlés, en plus...

Sinéad s'arrêta. Il avait sûrement mal entendu... Ou alors elle venait vraiment de lui répondre qu'elle voulait bien ?.. Elle devait être vraiment affamée. Ou alors elle n'avait plus rien à manger chez elle. Ou alors.. Non, cette option n'était pas envisageable. Sin' voulut se retourner pour la regarder et surtout vérifier qu'il avait bien entendu. Quelle idée de lancer cette phrase ! Maintenant il s'était engagé, il ne pouvait pas lui dire que c'était simplement une blague... Et d'un autre coté, il n'avait rien, absolument rien, pour faire à manger. Il ne pouvait pas l'inviter chez les amis de sa mère pour manger là bas... Il ne pouvait pas non plus l'inviter au restaurant ? Non, ça aurait fait vraiment... Louche. Puis ça incluait aussi qu'il devait payer le repas, puisqu'il l'invitait... Mais quelle idée lui était-il passé par la tête ?

Alors qu'il allait se tourner, la dénommée Amber passa juste devant lui, puis recula en restant de dos. Il ne put s'empêcher de se demander ce qu'il aurait fait si elle était tombée en arrière. L'aurait-il rattrapée ? Oui probablement. C'aurait été terriblement gênant. Surtout s'il devait l'inviter à manger juste après. Non, ce n'était pas un rencard. Comment pouvait-on donner un rencard à une inconnue ? .. En plus c'était lui qui l'avait invitée ! Il s'était bel et bien fait avoir à son propre piège.

- Un instant, je vais apporter ce livre à la dame qui le cherchait et j’arrive ! Restes au chaud en attendant.

Elle lui sourit avant de s'éloigner... Elle avait un joli sourire.
Rester au chaud ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Qu'il devait l'attendre ici probablement. A cet endroit même ou dans la bibliothèque ? Peut-être plus loin, à l'entrée ? Oui, ça semblait être la meilleure option. Sinéad secoua la tête. Il se posait trop de questions, s'il continuait il ne pourrait jamais se comporter normalement. Il inspira, puis expira longuement. Voilà, il était plus calme déjà.

En marchant vers l'entrée, ou plutôt la sortie, il repensa à la dernière phrase. Elle l'avait tutoyé. Oui. Mais c'était normal, en « dehors » du cadre de son travail, elle semblait du même âge que lui. Elle devait sûrement étudier aussi en parallèle avec son boulot de documentaliste. Restait encore un problème...
Où allait-il l'emmener ?
Sinéad s'arrêta, il était à l'entrée. Bien. Il devait avoir quelques minutes pour réfléchir le temps qu'elle s'occupe de la cliente. Tiens il avait complètement oublié le livre qui serait emprunté et qu'il ne pourrait plus lire. Bah, il y en avait d'autres. Non, le restaurant c'était trop. Mais il n'allait pas l'emmener dans un fast-food ou manger un sandwich debout devant la gare non ?... Il n'avait nul part où aller pour cuisiner lui même. De toute façon ça aurait pris trop de temps et il n'était pas vraiment bon cuisinier.
Sinéad passa une main dans ses cheveux. Où ?...
La pizzeria ! C'était un petit restaurant pour étudiants, pas trop solennel, pas trop bruyant ou passager comme le fast-food ou la sandwicherie. En plus c'était tout à fait abordable. C'était donc décidé. Il l’emmènerait à la pizzeria. Oui mais il restait un problème... S'il croisait l'un de ses amis, ou même quelqu'un capable de leur rapporter... Alors il n'aurait pas fini d'en entendre parler. Hum.. C'était un problème de taille. Mais il n'avait pas vraiment d'autres alternatives. Il devait prendre ce risque.

Il leva son regard au moment où il entendit des bruits de pas. Parfait timing ! Ses yeux se posèrent sur... La vieille brailleuse – c'était comme ça qu'ils l'appelaient – .
Mauvais timing.

- Alooors ? La bibliothèque ferme jeune homme ! Vous devriez partir.
- Oui, je vais partir. J'attends... Une amie.

Hésitant un peu sur le terme à employer, la vielle brailleuse ne protesta néanmoins pas et retourna à ses affaires. Sinéad soupira intérieurement. Il n'aimait pas avoir affaire avec elle. Qu'aurait-il pu dire d'autre sinon ? Il attendait une inconnue ? Son employée ?.. Non, ce n'était pas vraiment un meilleur plan.
De nouveau les bruits de pas retentirent. Il leva la tête. Cette fois-ci ils étaient plus légers. Et Sin' s'en voulut presque de les avoir confondus. A l'avenir il ferait plus attention à ce genre de détail, bien que ça ne regardait que lui. Elle affichait un grand sourire, qu'il le força à sourire discrètement à son tour. Il attendit qu'elle arrive à sa hauteur, les mains dans les poches.

- Bon alors c'est parti.

Sinéad sorti une main de sa poche, poussant la porte d'entrée pour la laisser passer. Une chance, il ne pleuvait pas aujourd'hui. Il n'avait pas prévu de quoi s'abriter, et si seul il pouvait courir pour éviter la pluie, c'était autrement plus dur quand on accompagnait quelqu'un. Il attendit qu'elle passe pour sortir après elle, laissant la porte se refermer d'elle même. Il avança de quelques pas en direction de la pizzeria qui n'était qu'à quelques centaines de mètre, sans pour autant lui dire où ils allaient.

- Au fait, je m'appelle Sinéad. Enchanté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Lun 25 Mar - 19:03

Le sourire qu’elle vit apparaître aux commissures des lèvres de Sinéad ne fit qu’élargir le sien un peu plus. Chaque pas qu’elle faisait vers lui lui semblait plus facile, plus léger… D’autant plus qu’elle laissait derrière elle ses tâches professionnelles. Elle était donc libre, l’espace d’une soirée… Pas libre comme elle se sentait d’habitude après le travail, non. Véritablement libérée de tout poids… Elle retrouvait un peu d’elle, avec Sin’. Lui l’ignorait, mais cela lui faisait le plus grand bien… Qui aurait cru que cela serait arrivé aussi vite et aussi aisément ? Certainement pas elle qui parvenait difficilement à canaliser sa joie, serrant entre ses deux mains la lanière de son sac tenu en bandoulière.

- Bon alors c'est parti.

Sur ces mots, il tendit le bras pour lui ouvrir la porte et lui laisser ouvrir la marche. En passant, elle le remercia d’un bref signe de tête accompagné d’un sourire timide. Elle qui, d’habitude, n’était pas très expressive, voilà qu’elle laissait éclater son bonheur au grand jour ! C’était sûrement pour compenser ces années de monotonie et de camouflage, puisque c’était la seule chose qu’elle faisait depuis des mois, se camoufler, se fondre dans la masse…

Il faisait un peu frais, en ce début de printemps, mais ce n’était pas si désagréable que cela… Disons même que cela l’aérait, et après avoir passé la journée enfermée dans la bibliothèque, un peu d’air, même pollué, n’était pas de refus. Ne sachant pas où il comptait l’emmener, Amber finit par se retourner vers lui, marchant prudemment à reculons, jetant de temps à autre un coup d’œil derrière pour vérifier qu’il n’y avait rien sur son chemin.

- Au fait, je m'appelle Sinéad. Enchanté.

« Je sais… » pensa-t-elle, ce qui la fit doucement sourire, amusée par la tournure que prenait les choses. Enfin, pour le moment, s’en était là… Mais il fallait à tout prix qu’elle fasse attention à ses attitudes ou à ses mots… Une moindre gaffe pouvait lui coûter cher. Elle conserva son sourire, scrutant de ses yeux ambrés le regard de son interlocuteur.

- Moi c’est Amber. Mais j’imagine que tu le savais déjà…

Elle tapota sur son buste, juste à l’endroit où était accrochée sa plaque d’identité il y a encore quelques minutes, puis elle s’arrêta pour le laisser la rattraper, reprenant la marche à côté de lui une fois qu’il arriva à sa hauteur. Même si le simple fait d’être avec Sinéad lui suffisait, il lui semblait important de briser le silence… A un tel point qu’elle en oublia ses préventions.

- Tu vas mieux ?

Ce ne fut qu’après coup qu’elle songea que sa phrase pouvait la trahir. Ah, quelle idiote ! Elle se promettait de faire attention et voilà qu’à la moindre occasion, elle faisait une gaffe… Elle tenta de se rattraper tant bien que mal, adressant un sourire gêné au jeune homme à côté d’elle.

- Enfin, j’ai… Entendu dire qu’il t’était arrivé un accident.

Elle espérait que cela suffise à rattraper le coup… Après tout, ils en avaient parlé aux informations, non ? Et puis, ils étaient en train d'en discuter entre amis lorsqu'elle avait heurté l'un d'eux, quelques heures plus tôt... Mais elle ne pouvait pas savoir comme ça qu’il s’agissait de lui, d'autant plus que le dénommé « Willy » n'avait pas donné de nom à ce moment-là… Il allait finir par croire qu’elle l’épiait ! Amber se pinça discrètement la lèvre. Elle se demandait maintenant où tout cela pourrait bien la mener…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Jeu 28 Mar - 16:15

- Moi c’est Amber. Mais j’imagine que tu le savais déjà…

Quelque chose l'avait fait sourire. C'était sûrement le fait qu'il venait tout juste de se présenter... Après l'invitation. C'était une situation vraiment peu banale à bien y réfléchir. Pourtant il se sentait bien avec elle. Et même s'il ne la connaissait absolument pas, il y avait quelque chose d'agréable à sa compagnie. L'entendre tapoter sur son buste le ramena à la réalité.

- Oui, j'avais vu ça. D'ailleurs ça te va bien je trouve. Ton nom. Enfin même si je te connais pas vraiment. Physiquement je veux dire.

« C'est pas comme si je voulais dire qu'elle a une tête d'Amber... Juste ses yeux quoi. »


Il la vit ralentir légèrement, il ne tarda pas à la rattraper. Puis le jeune homme leva ses yeux sur elle. Que pensait-elle de sa dernière phrase un peu laborieuse ? Mais ce fut une tout autre réponse que celle qu'il attendait. Il avait parlé bas. Peut-être ne l'avait-elle pas entendu ? C'était mieux ainsi.

- Tu vas mieux ?

Mieux ? Par rapport à quand ? Il ne la connaissait même pas... Ils se seraient déjà vus à la bibliothèque ? Non il s'en rappellerait. A moins que l'accident n'ait effacé certains de ses souvenirs, comme à son réveil. Mais dans ce cas pourquoi s'était-elle présentée ? Ou alors c'était simplement parce qu'elle l'avait vu quand sa maison avait brûlé. Il devait y avoir pas mal de monde quand les pompiers l'avaient sorti de la maison... Il aurait douté qu'elle soit capable de l'espionner, si l'idée lui en était passé par la tête. Ç'aurait vraiment été peu probable. Cependant il n'y songea même pas. Sa possible amnésie l'inquiétait bien davantage.

- Enfin, j’ai… Entendu dire qu’il t’était arrivé un accident.

Sinéad soupira. Il était soulagé d'apprendre que ce n'était que ça. Ses amis lui avait dit qu'il était passé aux informations du soir. C'était d'ailleurs bien gênant de leur avouer qu'il avait lui même déclenché l'incendie, certes à cause de four qui dysfonctionnait, mais c'était lui qui devait le surveiller. Il se redressa légèrement en continuant de marcher. Il prêta attention à ses sens. Sa peau ne lui tirait plus tant que ça, et il ne se sentait plus le frottement lancinant des vêtements.

- Oui, ça va mieux. D'ailleurs je m'en suis bien tiré pour un incendie. Mais la maison a bien été endommagée.

Il rit doucement par gêné d'avoir causé tant de dommages. Et encore... Il n'y avait eu que lui dans la maison.

- Les assurances prendront en charge la plupart des dommages, mais en attendant on a plus de maison. D'ailleurs c'est pour ça que je ne vais pas faire la cuisine ce soir.

Marchant toujours les mains dans les poches, il releva la tête droit devant lui. La pizzeria étant en vue, Sinéad la désigna d'un mouvement du menton. Il sourit davantage en annonçant d'un ton légèrement aristocratique, totalement en contradiction avec le lieu dans lequel il l'emmenait.

- Si cela vous convient mademoiselle.

Une fois entrés dans le restaurant, Sinéad ouvrit la voie pour chercher une table dans un coin, derrière des plantes. C'était une table qu'il aimait particulièrement puisqu'elle était un peu isolé du bruit ambiant, dans un coin tranquille, garantissant de ne pas être dérangé par le passage des clients. Ouf ! Personne en vue. elle était libre. Sin' s'approcha et tira une chaise à Amber pour qu'elle puisse s'asseoir, avant de s'installer lui même en face.

- Par contre il n'y a pas de serveur, donc quand tu auras choisi ta commande tu me dirais et j'irais commander. Je dirais au cuisto de la faire un peu brûler rien que pour toi ! Haha.

Sinéas sourit, sa phrase faisant référence à la réponse d'Amber à sa pseudo-invitation, qui s'était transformée en invitation depuis. Il attrapa l'une des deux cartes sur la table pour la tendre à celle qui se tenait devant lui.

- En plus comme je connais, je pourrais t'éviter de faire un mauvais choix ! Donc évite leur calzone, elles sont rarement bien cuites à l'intérieur.

Sinéad ouvrit sa propre carte pour choisir. Qu'allait-il bien prendre aujourd'hui ? En réfléchissant, il n'avait même pas sondé la salle pour voir s'il s'y trouvait quelqu'un qu'il connaissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Ven 29 Mar - 16:25

- Oui, ça va mieux. D'ailleurs je m'en suis bien tiré pour un incendie. Mais la maison a bien été endommagée.

Visiblement, Sinéad n’avait pas porté plus d’attention que ça aux sources d’Amber, et ce n’était pas plus mal. Elle se sentit immédiatement rassurée, tant bien que par cette constatation que par les mots du jeune homme : effectivement, il s’en était bien tiré. Et vu la façon dont il disait cela, cela était certain qu’il était seul dans la maison lorsque l’incendie avait fait ses ravages… Pas d’autres éventuels blessés ou pire, c’était tant mieux. Qui pouvait-il y avoir de toute manière, à part des amis ? Sa mère était au travail au moment où cela était arrivé d’après l’infirmière qui s’était occupé de Sin’.

- Les assurances prendront en charge la plupart des dommages, mais en attendant on a plus de maison. D'ailleurs c'est pour ça que je ne vais pas faire la cuisine ce soir.

Tout en continuant à marcher, Amsbesis regarda son interlocuteur du coin de l’œil, esquissant un signe de tête compréhensif, avant de la baisser discrètement, gênée. Elle avait un peu forcé l’invitation, non ?... Ce pauvre Sinéad sortait de l’hôpital depuis peu et n’avait temporairement plus de toit, et elle sautait sur la première occasion pour faire une « sortie » avec lui… L’air de rien, le corbeau tourna la tête comme pour observer ce qu’il y avait autour d’elle, camouflant sa culpabilité. Voilà qu’elle faisait passer son propre bien avant celui des autres… Amber allait pour décliner l’invitation, ralentissant légèrement, lorsque Sinéad prit la parole d’un air qui, sur le coup, la surprit.

- Si cela vous convient mademoiselle.

La jeune femme darda de nouveau son regard sur son accompagnateur. Le sourire qu’elle peinait à retenir fit surface, donnant à son visage un air nettement plus joyeux que celui qu’elle arborait habituellement, notamment à la bibliothèque… C’est vrai qu’elle devait être étrange à voir, maintenant qu’elle y pensait. Comment était-elle perçue par les autres ? Semblait-elle si éloignée, si différente ?... Elle cessa rapidement de réfléchir à cela ; elle avait bien d’autres chats à fouetter… Et plus important, pour le moment.

Amber observa la pizzeria dans laquelle voulait l’entraîner Sinéad : certes, c’était un peu petit, mais il n’y avait pas l’air d’avoir trop de monde. Cela était déjà un bon point… Brièvement, elle se demanda si elle n’était pas en train de devenir agoraphobe : entre sa panique dans les bus et celle dans les bars, il y avait de quoi se poser des questions… Mais est-ce que la présence de Sin’ pourrait y changer quelque chose ? Après tout, Kaos avait bien réussi à la rassurer… Alors si lui le pouvait, le jeune homme qui l’accompagnait actuellement en était davantage capable ! Enfin, c’était ce qu’elle souhaitait croire… Oui, depuis qu’elle avait retrouvé sa trace, elle croyait en croire. Etrange concept, non ?

Ils rentrèrent enfin dans le restaurant. L’ambiance qui y régnait était assez sympathique : ça allait être autre chose que l’Underdog, pour sûr. Amber, soudainement prise de curiosité, regarda circulairement autour d’elle : elle aperçut ces gens assis, en train de manger ou de patienter, à converser et à échanger des sourires, ces serveurs qui se pressaient, plusieurs plats dans les bras, et le comptoir, derrière lequel s’agitaient quelques caissiers, puisqu’ils étaient effectivement en train de régler les notes des personnes qui partaient.

Sinéad finit par la retirer de son observation ; même si elle ne le regardait pas, elle sentit qu’il s’était éloigné. C’était étrange, mais c’était comme si… Non, ce n’était que son imagination. Pourquoi aurait-elle un lien magique avec lui ? La magie existait-elle, déjà ? Probablement, puisqu’elle s’était transformée en humaine… Amber secoua la tête, s’obligeant à revenir sur terre ferme. Ses songes se faisaient trop envahissantes, en ce moment… Elle se pressa derrière le jeune homme pour le rattraper tandis qu’il tirait une chaise à son intention. Tout en ôtant son sac pour le poser sur le côté, contre la table, elle remercia timidement Sinéad et prit place. Rapidement, ce dernier se retrouva assis face à elle.

- Par contre il n'y a pas de serveur, donc quand tu auras choisi ta commande tu me diras et j'irais commander. Je dirais au cuisto de la faire un peu brûler rien que pour toi ! Haha.

Amsbesis répondit par un petit rire. Visiblement, les détails de sa réponse à son « invitation » ne lui avaient pas échappé… En son fort intérieur, elle se trouvait terriblement idiote de se comporter de manière si naïve, si ouverte. Pourtant, c’était naturel, non ? Elle ne s’obligeait pas à sourire, ni même à réagir à ses boutades… Deux parties d’elle-même se combattaient, l’une l’incitant à faire ce que son instinct lui dictait et l’autre la conseillant de reculer, de se méfier… Les deux avaient raison, malheureusement. Avoir – de nouveau – quelque proche d’elle pouvait lui faire le plus grand bien, et ses agissements en étaient la preuve… Mais il ne devait pas trop s’immiscer dans sa vie, au risque de découvrir ce qu’elle était réellement.

La carte que lui tendit Sinéad la rappela à l’ordre. Devant lui, une seule partie s’imposait malgré elle : celle de l’instinct. Elle attrapa donc le livret des menus, l’ouvrant devant elle pour le balayer du regard.

- En plus comme je connais, je pourrais t'éviter de faire un mauvais choix ! Donc évite leur calzone, elles sont rarement bien cuites à l'intérieur.

Amber leva un court instant les yeux sur Sin’.

- Rarement bien cuites ? Très peu pour moi ! déclara-t-elle sur un ton un peu amusé, continuant de jouer le jeu, avant de parcourir à nouveau la carte de son regard ambré.

« Voyons voir… Celle-ci a l’air bonne… Ou celle-là ? » pensa-t-elle tout en laissant glisser son doigt de haut en bas sur les noms pour suivre au fur et à mesure, ses pupilles s’agrandissant pour lui permettre de lire plus aisément sans qu’elle n’en prenne conscience.

« Ah ! »

Elle arrêta son index sur le descriptif d’une pizza. C’était celle-ci qu’elle allait choisir ! Rien que le fait de l’imaginer lui mettait l’eau à la bouche… Pour une fois, ce n’était pas son ventre qui réclamait à manger, mais sa gourmandise, et le réaliser ainsi l’étonna.

- Je prendrai une Arizona, annonça-t-elle en relevant la tête vers Sinéad, le gratifiant d’un léger sourire, tandis qu’elle refermait sa carte pour la reposer sur le bord de la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Sam 30 Mar - 16:45

Sinéad reposa sa carte. A vrai dire, il savait déjà ce qu'il allait prendre avant de la regarder. Il se contenta d'attendre qu'Amber choisisse, souriant faiblement, dans ses pensées. Elle semblait clairement plus joyeuse qu'à la bibliothèque. Mais après c'était normal, lui aussi était bien plus joyeux lorsqu'il sortait de cours.

-  Je prendrai une Arizona

Le regard de Sin' changea imperceptiblement, signe qu'il avait quitté ses pensées. Elle avait donc choisi une Arizona. Il baissa son regard quelques secondes sur la carte pour vérifier les ingrédients. Oui, c'était bien la pizza à laquelle il pensait. Il posa la carte sur le coté, dans un petit récipient rectangulaire à cet effet.

- Excellent choix ! Je vais aller demander ça tout de suite, ne bouge pas !

Joignant ses gestes à ses paroles, Sinéad recula sa chaise pour se lever. Il se dirigea vers le comptoir, regardant autour de lui en passant. Bien, il semblait n'y avoir aucun de ses amis. Ni personne qu'il ne connaissait du lycée. Une bonne nouvelle ! … Bonne nouvelle ? Pourquoi ? Il avait honte d'elle ? Non pas du tout ! .. C'est juste qu'ils se seraient mépris sur les raisons qui...
Sinéad secoua la tête pour chasser ses pensées. Elles étaient inutiles, il faisait juste une sortie au restaurant avec une inconnue. Pas de quoi s'alarmer non ?

Sinéad arriva devant le comptoir qui faisait office de barrière entre les fourneaux et la salle. Saluant le pizzaiolo d'un signe de main, il lui annonça sa commande : Deux Arizona. Il paya à l'avance comme c'était de coutume dans cette petite pizzeria, et on lui donna un ticket de commande en retour. Après quoi il retourna directement à sa place.
Passant à coté d'Amber, il ne pu s'empêcher d'afficher un petit sourire. Pourtant il n'avait rien prémédité cette fois !

- Voilà, c'est commandé. J'ai pris une Arizona aussi. En plus on les aura en même temps comme ça.

Il baissa la tête quand il sentit quelque chose contre sa jambe. C'était son portable qui vibrait.
MERDE ! Il avait oublié de prévenir qu'il ne rentrait pas manger ! Levant soudainement les yeux vers Amber, il demanda :

- Tu m'excuses cinq minutes ?

Il leva son portable pour en expliquer la raison. Heureusement ce n'était pas encore sa mère qui appelait. Il laissa le ticket sur la table devant lui, au cas où la commande serait prête avant son retour.
Une fois dehors devant l'entrée, Sinéad décrocha.

« Allô Sin' ? C'est Willy à l'appareil ! J'voulais juste te dire de pas t'embêter pour la partie 2 de l'exposé, j'ai trouvé ce qu'il faut. »

- Ah ouais ouais. Ok, super ! Je peux te rappeler, je suis occupé là ?

« Ouais, c'est ça ! T'as un rencard ou quoi ? »

- … Non, mais je suis au restaurant. Allez à demain !

« Eeh ! Att... »

Le jeune homme avait raccroché. S'il y avait bien une chose qu'il voulait éviter en ce moment, c'était une discussion invasive de William ! Il tapa rapidement un sms pour prévenir sa mère qu'il ne rentrerait pas manger, puis il rentra au chaud dans le restaurant.

- Voilà, désolé. On en était où ?

- COMMANDE 35 ! LES DEUX ARIZONA !

- … Bon, après je ne bouge plus !

Sinéad se leva une nouvelle fois, en même temps amusé et agacé par ces multiples interruptions. Qu'allait-elle penser de lui s'il ne restait même pas cinq minutes avec elle ? A mi chemin du comptoir, il se rendit compte qu'il avait oublié le ticket. Il fit un énième demi-tour pour le récupérer. Il arriva à la table, souriant à Amber l'air de rien, et saisit d'une main rapide le ticket posé.

- J'arrive !

Il se dépêcha d'aller chercher les deux pizza, puis revint avec. Il déposa celle qui lui semblait la mieux garnie devant Amber, par simple politesse, puis s'assit enfin. Il soupira de soulagement.

- Je crois que cette fois tout y est.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Dim 31 Mar - 17:36

A la suite de sa phrase, Sinéad baissa la tête vers sa carte comme pour vérifier que ladite « Arizona » existait bien dans ce restaurant. Eh, tout de même, cela ne sortait pas de son imagination ! Amber se pencha alors légèrement en avant pour jeter un coup d’œil au menu avec le jeune homme, mais celui-ci, que ce soit volontaire ou non, le lui laissa pas le temps et referma sa carte avant qu’elle ne puisse lire – à l’envers – ce qu’il y était marqué.

- Excellent choix ! Je vais aller demander ça tout de suite, ne bouge pas !

Ah non, visiblement, il savait que cette pizza était inscrite dans la carte… Peut-être consultait-il simplement les ingrédients qu’elle contenait ? Dans tous les cas, c’était une bonne idée que d’avoir choisi celle-ci… Si Sinéad le disait, c’était parce qu’il l’avait déjà goûtée, et plus généralement, parce qu’il était un habitué de cette pizzeria… Alors elle lui faisait confiance. Amsbesis ne pensait pas être déçue, ni par la pizza, ni par la soirée qui ne faisait que commencer.

Elle sourit discrètement à son interlocuteur lorsque celui-ci s’éloigna de la table pour aller commander leur repas. Instinctivement, elle jeta un coup d’œil autour d’elle : contrairement aux gens du quartier Roosevelt, ceux-ci n’avaient pas l’air bien méchants… Il y avait des familles, des jeunes couples, des bandes d’amis de tout âge… Mais pas d’ivrognes, de personnes seules qui arboraient un air triste, ni d’hommes mal rasés à la grande veste noire… Secouant la tête, Amber s’interdit d’y penser. Elle avait suffisamment été tourmentée par cette histoire pour en remettre une couche. Elle se surprit à penser que ce genre de problèmes ne pouvait avoir lieu que dans ce quartier insalubre qu’était Roosevelt… Pourtant, elle n’était pas du genre à se fier aux préjugés. Combien de fois avait-elle entendu des remarques péjoratives sur cette zone dite « chaude », remarques auxquelles elle n’avait jamais voulu croire ? Certes, la vie là-bas était moins chère qu’au centre ville ou plus encore à Lincoln… Mais de là à ce que toutes les personnes qui y habitent soient malsaines et dangereuses… Cependant, sa soirée là-bas avait suffi à la faire changer un peu d’avis. Effectivement, il fallait avoir une sacrée force psychique et physique pour aller habiter là-bas… Ou être vraiment désespéré. C’était presque plus facile de déménager loin de là que de s’installer à Roosevelt, d’après elle ! Mais peut-être était-ce parce qu’elle était un oiseau et que la distance et le voyage ne lui faisaient pas peur…

Et puis, l’opportunité qu’elle avait de manger avec son ami d’enfance devait lui faire oublier tout cela ! D’autant plus que l’ambiance qui régnait ici était bien trop sympathique pour sombrer dans des pensées noires… Il n’allait rien lui arriver ce soir. Encore moins avec Sinéad, qu’elle vit d’ailleurs revenir vers elle. C’était drôle, mais il y avait quelque chose dans sa démarche assurée qui… Non, c’était probablement la joie que lui procuraient ses retrouvailles avec lui.

- Voilà, c'est commandé. J'ai pris une Arizona aussi. En plus on les aura en même temps comme ça.

La phrase du jeune homme conforta Amber dans son choix. S’il avait aussi pris cette pizza, c’était qu’elle était vraiment bonne ! Ou parce qu’il voulait avoir la même… Mais quel en était l’intérêt ? De toute manière, une pizza, ça se faisait de la même manière quelque soit les ingrédients, non ? Amsbesis nota dans un coin de sa mémoire l’idée d’en réaliser une de A à Z chez elle, pour essayer… Sans la faire brûler. Ce serait mieux, tout de même. La réflexion lui décrocha un petit sourire nerveux.

- Tu m'excuses cinq minutes ?

La jeune femme, dont les yeux étaient toujours posés sur Sinéad, le vit agiter son portable dont l’écran était allumé, affichant le numéro et le nom de l’appelant. Son regard affuté lui permit même de voir de qui il s’agissait : William. C’était le garçon qu’elle avait percuté à la bibliothèque pas plus tard qu’il y a quelques heures, non ?... En guise de réponse, Amber hocha finalement de la tête. Mais qu’elle ait accepté ou non, cela n’aurait eu aucun impact sur la décision déjà prise de son accompagnateur qui s’était levé pour aller décrocher un peu plus loin. Elle le suivit du regard jusqu’à ce qu’il disparaisse de son champ de vue… Enfin, « suivre du regard » était une expression bien peu explicite, étant donné qu’elle ne s’était pas gênée pour le reluquer un peu plus en détails sans en avoir réellement conscience. Ce nouveau temps de solitude qui lui était accordé la fit de nouveau réfléchir. Elle posa son coude contre la table et appuya sa tête contre son poing, le regard vaguement songeur.

Qu’allait-elle pouvoir lui dire pendant le repas ? Elle n’avait ni famille, ni passé, ni souvenirs marquants… Seulement quelques titres de livres qu’elle avait trouvé intéressants et des idées d’histoires qu’elle comptait coucher sur papier lorsqu’elle aurait du temps de libre. Elle devrait donc broder un peu… Mais elle n’avait nullement envie de lui mentir. Peu importe, elle n’avait pas le choix.

« Eh bien je suis tombée de mon nid, tu m’as sauvée, j’ai grandi dans un élevage avant de subitement me transformer en humaine. » songea-t-elle en retenant un sourire nerveux, consciente qu’elle serait prise pour une folle si elle racontait le déroulement de sa vie qui s’apparentait vraiment à un récit fantastique.

Le bruit des pas s’intensifiant l’obligea à sortir une nouvelle fois de ses songes. Elle se redressa, dardant son regard ambré sur Sinéad qui reprit place.

- Voilà, désolé. On en était où ?
- COMMANDE 35 ! LES DEUX ARIZONA !


A défaut de l’ennuyer, l’enchainement des péripéties l’amusa. Elle esquissa un sourire qui en témoignait.

- … Bon, après je ne bouge plus !

Machinalement, la jeune femme baissa les yeux sur la table, se rappelant que Sinéad avait posé quelque chose en revenant la première fois.

- Eh, atte…

Amber s’apprêtait à s’emparer du ticket pour le lui donner, mais elle se rendit compte que c’était trop tard. Elle allait alors se lever pour lui apporter directement quand le jeune homme réapparut de nouveau dans son champ de vision. Décidément… Elle poussa donc le ticket au bord de la table, lui laissant le loisir de venir le chercher lui-même. Il n’avait qu’à pas l’oublier, tiens !

- J'arrive !

Elle n’eut effectivement pas longtemps à attendre. Depuis sa place, elle put voir l’échange qui se fit entre le serveur et Sinéad, entre le ticket et les deux grosses pizzas. En voyant ces dernières, Amber écarquilla les yeux : c’était ça qu’elle allait devoir manger ? Elle qui avait un appétit d’oiseau, et c’était le cas de le dire… En voyant revenir son repas, le corbeau rapprocha sa chaise, se préparant à passer à l’offensive. La chaleur et l’odeur qui émanaient de la pizza tout juste sortie du four lui monta au visage lorsque Sin’ déposa l’assiette qui la contenait devant elle.

- Je crois que cette fois tout y est.
- Oui, je crois aussi.


Décidée à faire exploser son quota de sourires, Amber lui en accorda à nouveau un avant de saisir ses couverts.

- Bon, et bien… Bon appétit ? fit-elle d’une petite voix, attendant que Sinéad entame son plat pour pouvoir en faire de même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Dim 7 Avr - 8:29

- Bon, et bien… Bon appétit ?

Sinéad sourit légèrement pour lui répondre. Il regarda ensuite sa pizza devant lui. Cela lui rappela qu'il avait rudement faim. L'eau à la bouche, il attrapa ses couverts et commença à découper. Il avait un peu hésité sur la façon de la manger, puisque dans ce « restaurant » certains mangeaient avec les mains, tandis que d'autres se servaient de leurs couverts. Avec sa mère il prenait ses couverts, alors qu'avec ses amis...
Il décida finalement de couper un petit morceau plutôt qu'une part. Il le porta à sa bouche en jetant un regard furtif vers Amber, pour voir si elle aussi mangeait. Voyant qu'elle n'avait pas encore commencé, il lança avant de mâcher son morceau.

- Si t'as pas faim je la mange hein ! Sauf si elle est trop brûlée, évidemment.

Il savait qu'il serait incapable de manger deux pizza entières... Encore que, il avait très faim. Mais est-ce qu'il oserait lui prendre sa part si elle ne finissait pas ? Non. Ça ne se faisait pas. De toute façon il aurait largement de quoi calmer sa faim avec sa propre pizza, le reste, c'était plus de la gourmandise. Tout en mangeant, Sinéad décida de lui poser la question qui le tourmentait.

- J'me demandais... Pourquoi t'as accepté mon invitation ? On ne se connaît pas pourtant.

La peur qui le troublait le plus, ce soit qu'il la connaisse et qu'il l'ait tout simplement oubliée après son accident. Ce qui était tout à fait possible, si elle travaillait à la bibliothèque, il avait pu la croiser à de nombreuses reprises. Il leva son regard vers elle. Peut-être la mettrait il mal à l'aise... Si elle n'avait pas vraiment d'endroit où manger, ou encore qu'elle n'avait pas envie de rentrer. C'était aussi possible. L'un de ses amis avait eu des problèmes avec sa famille une fois, et ils avaient du s'arranger pour qu'il rentre le moins possible à sa maison. C'en était presque devenu amusant à force, et puis ça s'était plus ou moins arrangé. Enfin ses parents avaient divorcés, c'était pas la joie non plus, mais c'était mieux. Sinéad quitta ses pensées pour écouter la réponse d'Amber. Après tout il ne savait rien d'elle, mis à part son nom et son lieu de travail.

- Si t'as pas envie de répondre, réponds pas. Ou sinon tu peux me raconter ta vie haha ! Après j'te raconterais un peu la mienne.

Sinéad sourit. Il n'allait pas non plus la forcer à répondre. Et puis il ne pouvait pas exiger d'elle ce qu'il ne lui dirait pas ! Et si jamais elle lui posait la question du pourquoi il l'avait invitée... Que répondrait-il ? Que c'était une blague ? Sin' posa ses couverts pour boire une gorgée, attendant la réponse d'Amber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mer 10 Avr - 13:47

Après qu’il ait découpé un ridicule petit morceau de sa pizza, le corbeau constata que Sinéad la fixait, sa fourchette en l’air. Il attendait probablement qu’elle entame son plat, elle aussi, par signe de politesse… Il paraissait que le fait de manger était assez gênant lorsque l’autre ne faisait rien, en face… Et ça, elle osait bien y croire. A vrai dire, elle n’avait jamais mangé en présence de quelqu’un jusqu’à ce jour.

- Si t'as pas faim je la mange hein ! Sauf si elle est trop brûlée, évidemment.

Esquissant un sourire amusé, Amber commença à son tour à découper sa pizza avec une fluidité de geste, presque une délicatesse, digne des grands nobles. Que ce soit en morceaux ou vivante, elle avait toujours appris à respecter sa nourriture. Certes, il ne s’agissait là que d’une vulgaire pizza… Mais il y avait de vieilles habitudes qui ne la quittaient pas. Après tout, chaque ingrédient que contenait son plat était apparu pour finir dans bouche de quelqu’un, ainsi était faite la dure loi de la chaine alimentaire… Mais sans ces dons de la Nature, les plus grands prédateurs ne pourraient plus se nourrir. Alors Amsbesis pensait qu’il fallait les remercier… En dégustant, notamment. La chasse, auparavant, faisait office d’avant-goût. C’était l’effort avant le réconfort, en quelque sorte… Le fait qu’elle ait pu attraper sa proie prouvait qu’elle méritait de la manger.

Passant de sa théorie plutôt originale à la réalité, la jeune femme faillit lâcher ses couverts lorsqu’elle entendit la question de Sinéad :

- J'me demandais... Pourquoi t'as accepté mon invitation ? On ne se connaît pas pourtant.

C’était évident qu’il allait la poser. Pourquoi s’était-elle voilé la face ? On n’acceptait pas naturellement l’invitation d’un illustre inconnu… Surtout elle. Elle n’était pas de ce genre. Mais ça, il l’ignorait… Comme il ignorait tout le reste.

Sur le moment, elle aurait voulu le laisser ici, prendre ses jambes à son cou et s’enfuir le plus loin possible… Ô combien elle aurait donné pour ne pas répondre à cette fichue question ! D’ailleurs, que pouvait-elle répondre ? Qu’elle avait accepté son invitation parce qu’il lui plaisait ? Non, ce serait s’engager sur un terrain trop dangereux. Et puis, ce n’était pas vrai !... Non ? Non. Alors, elle pourrait lui dire qu’elle le connaissait, mais qu’il ne s’en souvenait pas ? Non, cela lui ferait probablement peur. Il avait déjà bien trop subi avec cette histoire d’incendie… Alors tout simplement pour… Faire sa connaissance ? Parce qu’elle le trouvait sympathique ? Oui, mais pourquoi ne lui avait-elle demandé qu’à lui, et pas à ses deux amis ? Elle les avait rencontrés en même temps, officiellement !

Finalement, ce fut la phrase de Sinéad qui la sortit de cet affreux dilemme.

- Si t'as pas envie de répondre, réponds pas. Ou sinon tu peux me raconter ta vie haha ! Après j'te raconterais un peu la mienne.

Bon, raconter sa vie ne l’arrangeait pas plus… Mais au moins, elle n’était pas obligée de répondre. Pourtant, la question laissée pour abandonnée dans son esprit ne faisait que la tourmenter. Pourquoi ? Pourquoi se sentait-elle obligée d’y répondre ? Probablement parce que c’était lui, Sinéad, qui lui avait demandé.

Elle haussa alors légèrement des épaules, revêtant de son attitude détachée. Pourtant, sous sa carapace, son cœur frappait pour hurler son désaccord. Elle n’aimait pas lui mentir.

- … Eh bien, pourquoi pas ? Tu me semblais plutôt sympathique. Et puis, si gentiment proposé, comment pouvais-je refuser ?

Il y avait dans sa phrase une grande part de vérité qui permit à son cœur de retrouver son calme en l’espace d’un instant. Continuant sur sa bonne lancée, Amber prit un petit bout de pizza dans sa bouche, mâchant silencieusement, après lui avoir adressé un sourire mystérieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Ven 14 Juin - 13:22

 Eh bien, pourquoi pas ? Tu me semblais plutôt sympathique. Et puis, si gentiment proposé, comment pouvais-je refuser ?

Elle marquait un point. Après tout c'était lui qui avait proposé... Oui mais ça ne répondait pas à la question ! Enfin peu importait.[
Cependant elle avait dit qu'il semblait sympathique ! Et ça c'était un bon point. Un bon point pour quoi, il l'ignorait, mais ça ne pouvait pas être négatif. C'était toujours ça.
Puis son regard se posa sur le sourire d'Amber. Il était étrange. Différent des sourires habituels. Pourquoi ?.. Il était mystérieux. Sinéad le contempla un instant. Que pouvait-il bien signifier ? Le sourire ne dura malheureusement pas assez longtemps pour que Sinéad puisse lui trouver une interprétation. Il continua de manger. Mais s'arrêta après une seule bouchée

- Évidemment, comment peut-on refuser une invitation de ma part !

Il sourit doucement, retournant à son plat sans la regarder. Ce n'était vraiment pas important de le savoir tout compte fait... Ils étaient plutôt là pour profiter d'un délicieux repas. Sinéad n'en était pas du tout déçu, les pizzas étaient aussi bonnes que d'habitude. Il releva la tête.

- Ça fait longtemps que tu travailles à la bibliothèque ?

Sa question lui résonnait familièrement dans ses oreilles. Lui avait-il déjà posé ? Quel avait été sa réponse ? Ou alors il lui avait demandé et elle n'avait pas répondu. Mais si elle lui avait déjà répondu et qu'il avait oublié... Il allait passé pour quelqu'un qui se fichaient des réponses qu'on lui donne ! De tout façon la question était déjà posée, c'était trop tard. Le jeune homme songea qu'il devait plus réfléchir avant de prendre la parole à l'avenir.
Il continua de manger en attendant la réponse. Et il réfléchit.
Qu'allait-il faire après ? Ou plutôt qu'allaient-ils faire ? Il devrait la raccompagner directement, ce serait mieux puisqu'il se faisait tard... Et puis il y avait des incidents étranges à Eden depuis quelques temps. Enfin ce n'étaient que des rumeurs... Mais la prudence n'avait jamais fait de mal à personne ! Oui parce que si Amber était attaquée ?
Il arrêta d'y penser. C'était absurde, ils se connaissaient à peine. Pour dire ils venaient de se rencontrer il y a quelques heures... Et il n'y avait aucune raison qu'elle soit attaquée. Par qui d'ailleurs ? Des racailles ? Non, pas dans ce quartier. Des voleurs... Oui peut-être.

« Cesse de penser à ça... »

C'était comme s'il se sermonnait lui même. Et il avait raison ! Ce qui lui fit lâcher un sourire sans s'en rendre compte. Il recentra son regard sur celui d'Amber. Lui avait-elle répondu ? Non, pas encore. Il aura reconnu sa voix. Et puis elle aurait un autre air. Qu'attendait-elle ? C'était une question plutôt simple non ?
L'avantage c'est qu'il avait presque fini sa pizza...
Et avant de songer à la raccompagner ou non, il devait choisir le dessert !
Son regard perdu dans celui d'Amber, il ne songea pas un instant qu'il la regardait fixement depuis quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mer 19 Juin - 15:54

Les minutes avant que Sinéad ne reprenne la parole lui parurent interminables. Tous deux se regardaient, cherchant mutuellement – elle le croyait – à savoir ce que l’un pensait de l’autre ou ce qu’ils pouvaient bien se cacher… Ce que ce « dîner improvisé » cachait. Rien, probablement, du côté du jeune homme. Mais pour elle ?... Il représentait beaucoup de choses. Des retrouvailles qui s’avéraient être à la fois une rencontre officielle. Quelque chose qu’elle avait espérée sans vraiment imaginer que cela se réaliserait un jour, tel un rêve à portée de mains, mais trop parfait pour faire partie de la réalité.

- Évidemment, comment peut-on refuser une invitation de ma part !

Le sourire qu’elle arbora à la suite de cette question se fit moins mystérieux que le précédent. Il était naturel, signe du bien-être dans lequel elle était plongée, maintenant qu’il était là. Mais pour combien de temps encore ?... Elle s’interdit d’y penser ne serait-ce qu’une fraction de seconde, posant les yeux sur son assiette comme pour détourner son attention de ce qui attisait justement ses songes. Pourtant, rien n’y fit. Elle ne put s’empêcher d’imaginer le jour où elle devrait à nouveau, et à contrecœur, le laisser partir, le voir lui tourner le dos et poursuivre son chemin. Qui était-elle pour lui, au fond ? Une inconnue, et originellement, un simple oiseau sauvé, probablement un parmi tant d’autres. Rien qui ne puisse donc impacter sur son avenir, contrairement à elle.

Alors qu’elle retrouvait son inlassable air distant, le regard posé sur la pizza qui gisait dans son assiette, Sinéad prononça une phrase qui lui permit de sortir de ses sombres pensées.

- Ça fait longtemps que tu travailles à la bibliothèque ?

Elle le remercia intérieurement de lui poser une telle question : cela leur permettait d’avoir un sujet de discussion sans avoir à trop rentrer dans les détails. Amber redressa ses couverts à la verticale en même temps qu’elle leva le regard vers le plafond, réfléchissant. Depuis combien de temps était-elle ici ?... Etait-ce nécessaire de lui mentir ? Manifestement non, sa date d’arrivée ne donnait aucune piste sur son passé de volatile.

- Oh, quelques mois déjà… débuta-t-elle en faisant lentement tourner son couteau entre ses doigts, depuis que je me suis installée ici, à vrai dire.

La jeune femme observa plus attentivement Sinéad, attendant sa réponse, et constata qu’il n’avait pas retouché à son assiette depuis leurs échanges. Pire encore – si le mot « pire » était réellement approprié à la situation –, il n’avait cessé de la fixer, l’air un peu songeur, et cela ne lui inspirait rien de bon. Et s’il venait à parler du corbeau qu’il avait sauvé il y a longtemps ?... Certes, il n’avait pas spécialement de raisons de l’évoquer ici, mais si cela venait à arriver… Que devrait-elle dire ? Comment réagirait-elle ? Amber déglutit, scrutant attentivement le regard de son interlocuteur. N’était-il pas préférable de détourner le regard ? Et c’est ce qu’elle fit, un peu hâtivement, le reposant sur son assiette.

- Et toi, tu es étudiant d’après ce que j’ai compris ? demanda-t-elle, décidée à ne pas se laisser intimider par… Par quoi ? Sa paranoïa ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Ven 21 Juin - 6:38

- Oh, quelques mois déjà…  Depuis que je me suis installée ici, à vrai dire.

Quelques mois... Visiblement il ne lui avait pas déjà posé la question. C’était déjà ça. Et la réponse confirmait ses soupçons. Si elle n’était là que depuis quelques mois, c’était normal qu’il ne l’ait pas encore croisée à la bibliothèque ! D’autant plus qu’avec l’accident, il n’y était pas allé depuis quelques temps. Il se demanda ce qui l’avait poussée à venir s’installer ici, d’où elle venait, ce qu’elle faisait avant, mais avant qu’il puisse poser la question, elle prit la parole.


- Et toi, tu es étudiant d’après ce que j’ai compris ?

Il regarda sa propre assiette. Oui, il était étudiant. Il ne travaillait pas lui, et était encore assez loin d’avoir fini ses études. Il releva ses yeux vers ceux d’Amber. Décidément ils étaient vraiment beaux… Et ressemblaient terriblement à ceux… Du corbeau. Oui c’était ça. C’était plutôt étrange de penser qu’un corbeau avait des yeux d’humains. En tout cas ça allait mieux sur Amber.


- Oui... Oui c’est ça. Je suis étudiant au lycée à coté. J’essaie de prendre la spécialité énergétique.

Sinéad marqua un temps de pause. Il ne voulait pas non plus l’étouffer avec ses questions, puisqu’il avait bien remarqué qu’elle mettait du temps pour répondre assez vaguement au final. C’est qu’elle n’avait pas vraiment envie d’en parler pour le moment non ? Et puis il était un parfait inconnu. Alors il décida de continuer un peu.


- J’hésite à plutôt continuer et faire de la recherche, ou bien devenir ingénieur et appliquer ce qu’on trouvera dans le domaine. J’ai juste pas envie qu’on fasse n’importe quoi avec l’énergie qu’il nous reste.

Il regarda Amber, souriant de sa propre phrase.

- Oui je sais, ça a l’air un peu naïf dit comme ça… Sauver la planète, protéger les animaux… Haha. C’est un peu un rêve de gamin au fond.

Il n’avait pas pensé lui dire ça de cette façon, mais la peur de son jugement lui fit nuancer ses propos, chose qu’il ne faisait pratiquement jamais. Pourtant il n’avait rien à craindre de celui-ci, il n’allait pas changer sa vie non ? Sinéad était plutôt du genre à crier haut et fort ses convictions, et tant pis pour ceux qui ne sont pas d’accord. Cependant il n’aimait pas qu’on le prenne pour quelqu’un de rêveur et naïf. Il avait des idéaux un peu utopiques certes… Mais il était parfaitement connecté avec la réalité.
Il tendit la main vers son verre, pour boire une gorgée ou deux en attendant qu’elle finisse pour demander le dessert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 23 Juil - 16:45

Décidément, il ne se lasserait pas de la fixer ! C’est à peine si Amber osait relever la tête. Elle poussait très légèrement sa pizza avec sa fourchette sans raisons valables, juste pour ne pas focaliser sur le regard brûlant de Sinéad… Mais ce n’était pas ce qu’il y avait de mieux. En réalité, ça ne changeait strictement rien. Tandis qu’elle offrait une petite balade à sa nourriture, le jeune homme, face à elle, répondait tout naturellement à sa question – une attitude des plus normales, pensa Amber pour se rassurer.

- Oui... Oui c’est ça. Je suis étudiant au lycée à coté. J’essaie de prendre la spécialité énergétique.

Que ce soit « lycée » ou « spécialité énergétique », elle ne connaissait rien de ces deux choses-là. Si, elle savait que le lycée se trouvait après le collège et qu’il permettait entre-autres d’obtenir un diplôme pour avoir un meilleur métier, mais c’était tout. Quant à la spécialité énergétique… Oui, il lui semblait avoir vu un bouquin à ce sujet, en faisant le tri des livres il y a quelques temps, mais ça ne l’avait pas intéressée, et elle l’avait très vite rangé à sa place.

- J’hésite à plutôt continuer et faire de la recherche, ou bien devenir ingénieur et appliquer ce qu’on trouvera dans le domaine. J’ai juste pas envie qu’on fasse n’importe quoi avec l’énergie qu’il nous reste.

Amsbesis fut obligée de se répéter plusieurs fois la phrase dans la tête pour saisir l’intégralité de son  sens. Elle n’était pas idiote, loin de là, mais il s’agissait ici de l’une des discussions les plus poussées de sa vie… Et autant dire que cela bouleversait totalement ses habitudes. La jeune femme posa ses couverts de part et d’autre de son assiette et scruta les yeux de Sinéad tandis qu’elle se repassait rapidement les mots clés de sa phrase. Il voulait faire dans la recherche, devenir Ingénieur. Quelque chose dans les nouvelles technologies, dans ce qu’elle considérait comme nuisible et dangereux. Cependant, la suite la poussait à croire que ce n’était pas pour de mauvaises raisons : il parlait d’énergie. Certes, le mot était vague, « énergie »… Qu’était-ce réellement l’énergie ? Pouvait-on au moins la définir, la matérialiser ? Et de quelle énergie voulait-il parler ? Elle le saurait peut-être par la suite… Ou elle lui poserait la question si ça la travaillait vraiment de trop. Mais pour l’heure, elle avait d’autres réponses – nettement plus importantes – à obtenir… Sur son passé, sur Sinéad. Sur ce qu’elle devrait dire ou faire en cas de problèmes…

- Oui je sais, ça a l’air un peu naïf dit comme ça… Sauver la planète, protéger les animaux… Haha. C’est un peu un rêve de gamin au fond.

Tout de suite, cela lui paraissait plus clair et plus… Sensé, plus justifié. C’était même une cause qui la touchait, et pas seulement parce qu’elle était elle-même un animal. Amber se permit d’esquisser un sourire presque rêveur. Elle se sentait un peu plus légère, parce que Sinéad n’avait pas l’air d’avoir trop changé en grandissant. Puis il faisait référence à ses utopies d’enfance… Quelque chose qui, à son âge, ne devrait plus être.

La jeune femme, en donnant un léger coup de talon dans les pieds de sa chaise, finit par reprendre conscience de la réalité. Elle détacha rapidement son regard de celui de son interlocuteur, se rendant alors compte qu’elle le fixait depuis déjà un bon moment… Depuis qu’il avait commencé à parler, en fait. S’emparant une nouvelle fois de ses couverts, elle finit de découper le reste de sa pizza et, réalisant qu’elle ne lui avait pas apporté de réponse, elle répondit brièvement :

- C’est une cause louable.

Sa phrase était on ne peut plus simple, mais elle résumait tout ce qu’elle pensait. Et puis, que pouvait-elle rajouter ? Elle n’aimait pas spécialement prendre partie, même si c’était là tout l’intérêt d’une discussion. Ce qu’elle craignait avant tout, c’était de se dévoiler en confiant ses points de vue… Mais Sinéad et elle semblaient avoir les mêmes, non ? Peut-être s’autoriserait-elle à s’ouvrir un peu, si c’était le cas. Elle ne risquait pas grand-chose… plus grand-chose. Elle avait déjà ouvert une porte qu’elle ne voulait pas voir se fermer, et elle savait que, malgré elle, elle prendrait certains risques pour garder cette porte ouverte. Plus elle regardait Sinéad, plus elle trouvait que ça en valait la peine. Et puis, ses quelques phrases avaient déjà commencées à la rendre plus confiante.

Amber finit par lever sa fourchette et mettre un morceau de sa pizza dans sa bouche, puis elle mâcha, regardant distraitement ce qui se trouvait devant elle : la table, la décoration, les personnes, derrière, et par-dessus tout, Sin’.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 24 Sep - 11:57

Le regard d'Amber ne l'avait pas quitté. Il lui semblait qu'elle réfléchissait. Oui, mais à quoi pouvait-elle bien penser ? Penser qu'il n'était qu'un rêveur un peu naïf ? Non... Ca n'avait pas l'air d'être son genre. Ou alors elle pensait à ce qu'il avait dit juste avant, sur sa spécialité énergétique. Au fond peu de monde savait ce que c'était vraiment. Non, ça devait encore ne pas être ça. Son regard était loin de l'incompréhension. C'était comme si elle était... rassurée ? Rassurée de quoi ? Qu'il ne soit pas du genre à vouloir dominer le monde, quel qu’en soit le prix ? Il n'y avait pas vraiment beaucoup de choses dont elle pouvait être rassurée avec ses dernières phrases. Ou alors peut-être se trompait-il, tout simplement, sur la nature de son regard ?..

- C’est une cause louable.

Il dut quand même se poser la question. Etait-ce ironique ? En la regardant river son regard sur sa pizza, il se persuada que non. Le ton aurait été différent si ça avait été narquois. Et puis de quoi avait-il peur ? Qu'elle le juge ? Sur quelques phrases ? Non, c'était absurde, il n'avait pas peur du jugement des autres. Il réfléchissait encore... Peut-être que cette fois-ci oui ? Peut-être voulait-il lui plaire ?... Non.
Sinéad cligna plusieurs fois des yeux pour se sortir de ses pensées. Il s'aperçut qu'elle le regardait de nouveau en mâchant sa bouchée. Baissant les yeux, il vit également que c'était sa dernière. Il n'avait pas vu que le temps avait passé si vite.

- Oui. Une cause louable.

Marquant un silence, il se demanda pourquoi elle était si silencieuse. Mais il remarqua que lui aussi parlait peu, alors qu'il n'arrêtait pas en temps normal. Peut-être était-ce l'ambiance de la soirée. Certaines tables s'étaient vidées et le vacarme permanent de la pizzeria en journée était parti. Il ne restait que la douce chaleur crépusculaire, et les faibles échos des conversations à voix basse. Tournant son regard vers la salle, il se rendit compte que la plupart des tables restantes étaient occupées par des couples, ce qui le gêna sans qu'il ne l'avoue.

- … Et toi, tu défends des causes aussi ? Mis à part l'ordre des bouquins et le silence absolu de la bibliothèque ?

Il ne put s'empêcher de sourire quand la phrase qu'il venait d'énoncer lui en évoqua une autre.

- D'ailleurs tu n'es pas obligée de l'appliquer partout. Tu peux parler sans crainte ici !

Sinéad baissa son regard sur sa serviette, sans réaliser qu'il faisait aussi ça pour ne pas l'intimider. Il ne voulait pas que sa phrase sonne comme un reproche, car ce n'était absolument pas son intention. Il lissa sa serviette, la reposa sur la table. Puis il s'amusa à regrouper du bout des doigts les miettes de pâte grillée qui traînaient sur la nappe, en attendant que sa voix lui fasse relever la tête.
S'il avait appris une chose en parlant avec des gens timides, c'est qu'il ne fallait pas les brusquer. En revanche les inciter à parler c'était une bonne chose. Souvent, certains étaient timides parce qu'ils pensaient que l'on accordait pas d'importance à ce qu'ils pourraient raconter, pas parce qu'ils n'avaient rien à dire. Et encore plus souvent, ce qu'ils avaient à dire était bien plus intéressant. Il avait d'ailleurs trouvé un dicton qu'il trouvait particulièrement juste, malgré qu'il soit lui même un bavard. « Qui ne dit rien n'en pense pas moins ». Ça signifiait simplement que quelqu'un qui s'effaçait était pourtant toujours là. Qu'il réfléchissait même s'il n'exposait pas sa pensée. Et lui commençait vraiment à songer qu'Amber faisait partie de ces gens-là. Et il aimaient bien ces gens-là lui. En plus ils parlaient souvent un peu plus avec le temps et la confiance.
Sin' releva la tête en souriant quand il entendit la voix d'Amber. Il n'avait plus qu'à l'écouter attentivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 24 Sep - 14:16

- Oui. Une cause louable.

Amber ne savait pas s’il s’agissait que d’une impression ou non, mais sa réponse semblait avoir déconcerté son interlocuteur. Il fixait un point invisible, l’air songeur. Regardant alternativement son assiette de moins en moins remplie et Sinéad, elle se sentit alors beaucoup moins gênée. Savoir que le jeune homme était un peu dans le même cas qu’elle la confortait… Bon, ce n’était certainement pas pour les mêmes choses, mais… Pourquoi, alors ? Tandis qu’elle relevait ses yeux légèrement interrogateurs sur Sin’, celui-ci relança une discussion. C’était vrai qu’ils ne parlaient pas beaucoup, d’autant plus qu’ils avaient tous deux quasiment fini de manger…

- … Et toi, tu défends des causes aussi ? Mis à part l'ordre des bouquins et le silence absolu de la bibliothèque ?

Elle ignorait si cette remarque était plutôt une plaisanterie ou une compassion vis-à-vis de ce qu’elle vivait avec les vieilles mégères, mais dans tous les cas, cela la fit sourire. Brièvement, elle songea que bientôt, son quota de sourires allait exploser : elle qui n’en faisait que très rarement – du moins, naturellement –, voilà qu’elle laissait percevoir sa bonne humeur à quelqu’un… Oh, et puis, à quoi bon réfléchir. Elle avait envie d’être elle-même avec lui, dans la mesure du possible… Qu’est-ce qui l’en empêchait au fond ? Elle était bien intégrée… Du moins, il lui semblait.

- D'ailleurs tu n'es pas obligée de l'appliquer partout. Tu peux parler sans crainte ici !

Amsbesis comprit tout de suite qu’il s’agissait là d’une invitation à parler. Cela ne l’aurait pas dérangée dans la mesure où ça lui aurait permis de faire plus ample connaissance avec Sinéad et de se rapprocher davantage de lui, mais… Mais elle n’avait rien à dire. Et puis, elle n’avait pas envie de lui mentir sur sa vie, alors elle préférait amplement se taire. Néanmoins, difficile de ne rien dire, maintenant qu’il en avait formulé la demande, ou tout du moins, la proposition… Elle fit rapidement bouillonner la machine qui lui servait de cerveau, à la recherche d’une réponse à sa question, premièrement. Défendait-elle des causes ? Oui, elle le pourrait assurément si elle en avait le temps… Qu’est-ce qui lui tenait à cœur ? A part les livres, elle n’avait rien… Ou presque rien.

- Des causes… (elle se pinça les lèvres, l’air songeur) Disons que je n’aime pas spécialement l’avancée de la technologie. Enfin… Pas de cette manière là. L’Etat est prêt à sacrifier des choses qui ne le méritent pas pour ces choses automatisées.

Réalisant que sa phrase pouvait être un peu confuse, elle rajouta :

- Les livres, par exemple. Maintenant, peu de gens prennent la peine d’acheter ou d’emprunter des livres : ils n’ont qu’à chercher les informations qu’ils veulent dans leur portable ou les télécharger sur leur tablette, et voilà… Ce n’est pas forcément parce que je travaille dans une bibliothèque, hein ! (Amber agita ses mains) Mais les personnes ne semblent pas voir le côté magique et authentique d’un vieux livre. Moi j’aime beaucoup me plonger dedans, sentir l’odeur des pages tournées et retournées, et…

Amsbesis cessa de parler. Elle eut l’impression que sa voix était montée d’un ton, pas par colère, mais par passion pour ce dont elle parlait… Car oui, la littérature était quelque chose – la seule, à vrai dire – qui la passionnait. Elle regarda discrètement autour d’elle et constata avec soulagement qu’elle n’avait dérangé aucun des couples présents. Etrangement, l’ambiance de la pizzeria semblait avoir changé. C’était plus calme. Elle reposa alors les yeux sur Sinéad, ne sachant pas qu’en plus de ses paroles, son regard était aussi passionné.

- Enfin, voilà… Tu l’auras compris, je suis un peu vieux jeu.

Amber lui adressa un sourire maladroit. « Vieux jeu »… Elle avait entendu l’expression quelque part, et elle trouvait que ça collait bien de la caser dans sa phrase à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 24 Sep - 16:04

- Des causes… Disons que je n’aime pas spécialement l’avancée de la technologie. Enfin… Pas de cette manière là. L’Etat est prêt à sacrifier des choses qui ne le méritent pas pour ces choses automatisées. Les livres, par exemple. Maintenant, peu de gens prennent la peine d’acheter ou d’emprunter des livres : ils n’ont qu’à chercher les informations qu’ils veulent dans leur portable ou les télécharger sur leur tablette, et voilà… Ce n’est pas forcément parce que je travaille dans une bibliothèque, hein ! Mais les personnes ne semblent pas voir le côté magique et authentique d’un vieux livre.

Sinéad la laissa parler tout en la regardant. Visiblement il avait vu juste, elle avait bien une passion. Une passion en rapport avec son métier en plus, quoi de plus logique. La façon dont elle s'anima soudainement pour parler de sa passion ne le fit que sourire davantage. Elle était tellement vivante qu'il faillit en oublier d'écouter ses paroles, ce qu'il faisait pourtant tout le temps.

- ...Moi j’aime beaucoup me plonger dedans, sentir l’odeur des pages tournées et retournées, et…

Il remarqua qu'elle regardait aux alentours, de peur d'avoir dérangé quelqu'un sûrement. Pourtant sa voix, bien qu'animée, était restée à un niveau normal. Aucun risque qu'elle ait dérangé qui que ce soit. D'autant plus que tous les clients étaient bien plus occupés. Quand elle reposa ses yeux sur lui, il retrouva cette lueur de passion dans son regard. Décidément, elle aimait vraiment beaucoup les livres.

- Enfin, voilà… Tu l’auras compris, je suis un peu vieux jeu.

Ce fut au tour de Sinéad de sourire spontanément. Il la regarda tout en répétant doucement :

- Vieux jeu. … Eh bien moi aussi j'aime bien les vieux livres. C'est pour ça qu'on est venus à la bibliothèque d'ailleurs. C'est bien plus convivial que tous derrière une machine. Ou pire, chacun derrière la sienne. Non, c'est mieux les vieux livres. C'est sûrement pour ça que tu as choisi d'être bibliothécaire ?

La réponse étant évidente, c'était plus une question de rhétorique. Non qu'il ne s'intéressait pas à ce qu'elle dise, loin de là ! Puis, voyant qu'elle avait fini depuis un moment et qu'il l'avait oublié pendant qu'elle parlait, il s'interrompit.

- Oh ! Et que veux-tu comme dessert ? Ils font des supers tiramisus ! Je ne sais pas si tu aimes ça, la recette est très ancienne et vient d'Italie! C'est un petit pays de la mer med... Hum.. Enfin oui, je suppose que tu sais. En tout cas c'est parfait pour les vieux jeu !

Sin' lui adressa un nouveau sourire puis il attendit qu'elle fasse son choix. Réalisant qu'elle aurait du mal sans la carte des desserts, il lui fit signe de ne pas bouger et se leva pour aller la chercher. En slalomant entre les tables, il réalisa qu'à part deux autres couples, ils étaient les derniers dans le restaurent. Ce qui s'expliquait sûrement par le fait qu'ils soient en plein milieu de la semaine. Les étudiants seraient en cours, et les travailleurs au boulot demain. Étrangement il se moquait de rentrer tard. Et puis il avait déjà avancé ses devoirs, il était plutôt tranquille.
Arrivant au comptoir, il attrapa une carte des dessert à la volée et revint à la table. Arrivant à la hauteur d'Amber, il ne put s'empêcher d'ouvrir la carte et de lui poser sous les yeux en se penchant derrière elle.

- Voici pour madame. Faites votre choix.

Sinéad alla de nouveau s'asseoir face à elle. Parlant alors qu'elle devait probablement faire son choix, s'il n'était déjà arrêté.

- Tu as du lire un tas de livres donc... Tu en as un favori ? Et puis tu lis des romans d'aventure, d'histoire ? De fiction ou d'amour ? Ou un peu de tout ? Enfin tu dois bien avoir un genre préféré !

Sans s'en rendre compte, Amber lui avait ouvert une voie en évoquant sa passion. Sinéad était très bavard, et il désirait vraiment en apprendre plus sur cette mystérieuse bibliothécaire. Tellement qu'il oubliait encore qu'il la fixait  depuis qu'il était revenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mer 25 Sep - 16:46

A en voir le sourire de Sinéad, sa manière de s’exprimer – ou peut-être sa dernière phrase, elle l’ignorait – l’avait amusé.

- Vieux jeu. … Eh bien moi aussi j'aime bien les vieux livres. C'est pour ça qu'on est venus à la bibliothèque d'ailleurs. C'est bien plus convivial que tous derrière une machine. Ou pire, chacun derrière la sienne. Non, c'est mieux les vieux livres. C'est sûrement pour ça que tu as choisi d'être bibliothécaire ?

Amber ne put s’empêcher de plonger ses yeux dorés dans ceux que Sinéad, attentive. Elle se plaisait à voir qu’au fond, elle lui ressemblait sur un point qu’elle trouvait important. C’était vrai… Que pouvait-on trouver d’amusant ou en tout cas, d’enrichissant à rester posté derrière une machine, alors que beaucoup de personnes sont autour de nous ? C’était comme ces gens qu’elle croisait dans la rue avec leur portable constamment collé à leur oreille ou à leur main… Qu’ils l’aient en cas d’urgence ou de besoin, elle le comprenait, c’était bien là le seul aspect pratique du téléphone mobile. Mais certains individus, qu’elle voyait chaque matin ou chaque soir en allant ou revenant du boulot, ne juraient que par leur portable. Tout de même !... Ne pouvaient-ils pas simplement voir les personnes qu’ils contactaient ? A moins que…

Amsbesis se rappela tout à coup que Sinéad lui avait posé une question. Son choix d’être bibliothécaire… Son choix ? Non, une opportunité. Elle était en effet tombée, dans ses recherches, sur d’autres offres d’emploi mais elle avait mis celle-ci en tête de sa liste et avait prié pour que ça aille. Evidemment, elle aurait pu être bien mieux payée si elle avait choisi autre chose que ce job à la bibliothèque, mais elle avait privilégié le domaine qu’elle voulait à l’argent qu’elle gagnerait en échange des tâches à exécuter.

- Pas vraiment… Enfin, si. Disons que j’ai eu de la chance en trouvant ce travail.

Enfin, de la chance… Ce n’était pas la grande éclate, non-plus. D’ailleurs, elle ne s’attendait pas à ce que les patronnes se comportent ainsi avec elle : l’entretien s’était bien déroulé et elles lui avaient semblé correctes. Heureusement qu’elle aimait ce qu’elle faisait, parce que sinon… Mais depuis, elle avait compris pourquoi cette place lui avait été si facilement donnée : il devait y avoir très peu de demandes.

- Oh ! Et que veux-tu comme dessert ? Ils font des supers tiramisus ! Je ne sais pas si tu aimes ça, la recette est très ancienne et vient d'Italie! C'est un petit pays de la mer med... Hum.. Enfin oui, je suppose que tu sais. En tout cas c'est parfait pour les vieux jeu !

Un dessert ? Amber regarda son assiette en grimaçant légèrement. La pizza avait déjà bien rempli son ventre, et si elle optait pour un dessert, c’était uniquement par pure gourmandise… Et elle n’avait jamais cédé. Autant dire, sans jeu de mots, qu’elle avait un appétit d’oiseau ! Pourtant, elle avait bien envie de découvrir ce qu’était un tiramisu. Oui, mais si elle n’aimait pas ?... Elle n’allait quand même pas le laisser, quel gâchis ! Peut-être que si Sinéad en prenant, elle lui demanderait de goûter. Non, elle n’oserait pas. A moins qu’il lui propose ?... Amb’ releva son regard sur le jeune homme et lui sourit timidement.

- Merci pour la proposition, mais…

Trop tard. A peine eut-elle le temps de voir le geste qu’il lui adressa qu’il se leva pour aller chercher une carte. Elle n’osa pas lever la main pour l’interpeller et le laissa donc revenir, un peu mal à l’aise. Il faisait le déplacement juste pour qu’elle puisse choisir consciencieusement son dessert alors qu’elle n’en voulait pas…
Lorsqu’il revint vers elle et qu’il posa la carte sous ses yeux, légèrement penchée vers elle, elle se sentit troublée. C’était comme s’il avait pris ses repères et qu’il la considérait désormais plus qu’une simple connaissance, plus que la simple employée de bibliothèque. C’était comme s’ils se connaissaient depuis un moment déjà…

- Voici pour madame. Faites votre choix.

Elle le sentit s’éloigner pour rejoindre sa place. Elle faillit presque pousser un soupir de soulagement. Sa proximité ne l’avait pas gênée en soit, mais elle avait l’impression que s’il restait trop près, il pourrait découvrir sa véritable identité, découvrir ce qu’elle était réellement… Et elle n’en avait pas envie. Surtout pas maintenant !

- Tu as du lire un tas de livres donc... Tu en as un favori ? Et puis tu lis des romans d'aventure, d'histoire ? De fiction ou d'amour ? Ou un peu de tout ? Enfin tu dois bien avoir un genre préféré !

Une diversion, parfait. Elle se concentra uniquement sur la phrase de Sinéad pour faire taire ses pensées et y parvint sans trop de difficultés. Des livres, oui, elle en avait lu un bon paquet… Devait-elle compter les extraits qu’elle avait aussi sélectionnés parce qu’il s’agissait de la chose qu’elle préférait dans certains bouquins ? Ces parties qu’elle relisait avec le même engouement, toujours secouée par les émotions qu’elles procuraient ?

- Je lis un peu de tout, généralement… Etant donné que j’ai l’opportunité de le faire, je me le permets. Mais j’ai une préférence pour les livres fantastiques, d’aventure. De fiction, oui. J’aime bien aussi les histoires réalistes, mais pas spécialement celles écrites au présent ou à la première personne du singulier… Je préfère avoir le rôle de spectateur plutôt que d’acteur, pour bien mieux appréhender les ressentis du personnage et ne pas les adapter aux miens. C’est étrange, parce que les lecteurs ont tendance à préférer l’inverse, pourtant. Moi j’aime bien saisir tous les détails pour pouvoir tout comprendre, sans être trompée par mon inconscient.

Amber marqua une pause, puis réfléchit un instant. Un livre qui l’avait marquée ?... Il y en avait plusieurs, mais dans ceux qui lui venaient en tête…

- Il y en a un que j’aime particulièrement, et que je te conseille de lire, si tu aimes le genre fantastique. C’est Le Petit Chaperon Noir, de Zwain Rolven. C’est une adaptation du conte du Petit Chaperon Rouge, que tu dois connaître, mais… Mais non, je ne t’en dirai pas plus, ce serait dommage.

La jeune femme sourit énigmatiquement. Les livres… C’était bien un domaine dans lequel elle se sentait à l’aise, et dont elle parlerait sans gêne, peu importe qui elle avait en face d’elle. Elle en avait même oublié le dessert, c’était dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Sam 5 Oct - 21:14

- Je lis un peu de tout, généralement… Etant donné que j’ai l’opportunité de le faire, je me le permets. Mais j’ai une préférence pour les livres fantastiques, d’aventure. De fiction, oui. J’aime bien aussi les histoires réalistes, mais pas spécialement celles écrites au présent ou à la première personne du singulier… Je préfère avoir le rôle de spectateur plutôt que d’acteur, pour bien mieux appréhender les ressentis du personnage et ne pas les adapter aux miens. C’est étrange, parce que les lecteurs ont tendance à préférer l’inverse, pourtant. Moi j’aime bien saisir tous les détails pour pouvoir tout comprendre, sans être trompée par mon inconscient.

Elle se tut, comme si elle réfléchissait. Le rôle de spectateur hein ? Oh c'était intéressant, mais pas autant que celui d'acteur. Mais au fond c'était peut-être comme ça qu'elle se définissait ? Non, sûrement pas. Sinon elle n'aurait pas accepté son invitation !

- Il y en a un que j’aime particulièrement, et que je te conseille de lire, si tu aimes le genre fantastique. C’estLe Petit Chaperon Noir, de Zwain Rolven. C’est une adaptation du conte du Petit Chaperon Rouge, que tu dois connaître, mais… Mais non, je ne t’en dirai pas plus, ce serait dommage.

- Le petit chaperon noir... Non vraiment ça ne me dit rien. Mais maintenant que tu le dis, moi aussi j'aime bien le fantastique. Ça permet à la fois de s'évader et puis à l'auteur de faire passer son message. C'est plus facile dans un monde que tu façonnes, tu peux créer les coïncidences dont tu as besoin pour faire comprendre ! Mais bon.. C'est toujours mieux d'être acteur ! Moi je préfère m'identifier qu'être spectateur. C'est vrai que tu comprends pas mal de choses, mais tu dois t'ennuyer à faire que regarder non ? Mais je lirais quand même ton Chaperon Noir, voir si je m'identifie à lui. Même si ça ne m'arrive pas souvent d'aller livrer des galettes et des petits pots de beurre haha !

Sinéad fixa la jeune femme un instant. Les livres c'était quelque chose qu'il appréciait particulièrement aussi, même si au final il avait assez peu de temps pour en profiter. Surtout depuis que sa bibliothèque personnelle avait péri dans l'incendie. Mais il avait trouvé son bonheur dans son malheur, puisque maintenant il allait devoir emprunter les livres. Et quoi de mieux que la bibliothèque où Amber travaillait. C'était la seule de la ville.

- D'ailleurs il faudra que je l’emprunte ici... Enfin à la bibliothèque. Puisqu'on ne peut pas vraiment avoir de livres en ce moment.

Sinéad rendit un sourire maladroit sur son visage, chose qui ne lui arrivait que rarement puisqu'il était toujours si sûr de lui. La jeune femme devait comprendre qu'il faisait allusion à sa maison brûlée. Il n'aimait pas trop aborder le sujet, puisqu'il considérait que l'incendie avait eu lieu à cause de sa négligence. Et puis c'était toujours gênant de dire que l'on avait pas de toit. Puis, baissant les yeux, il vit qu'Amber tenait toujours la carte des desserts dans ses mains.

- Oh ! Mais au fait tu as choisi ? Que veux-tu ?

En attendant sa réponse, Sinéad tira un peu sur son T-shirt pour le lisser. Il aperçut une miette de pain grillé très suspecte dessus, mais constata avec soulagement que son haut n'était pas tâché. Si ça avait été un morceau de la pâte avec un peu de sauce tomate, il aurait été bien embêté avec son t-shirt clair. La chassant du bout du doigt, il fixa derechef son regard vers son interlocutrice. Il envisagea également ce qu'ils pourraient faire une fois le repas terminé. Il se faisait tard, il la raccompagnerait sûrement chez elle ? C'était plus prudent, même si le coin n'était pas si mal fréquenté. Et puis une petite promenade digestive ne lui ferait pas du mal. Même si l'endroit était agréable, la chaleur du four découvert emplissait vite la pièce, si bien qu'il avait l'impression d'être dans une petite fournaise à force. Il pensait avec envie à l'air frais extérieur, au silence de la nuit. Oui, changer de décor en la raccompagnant serait véritablement une bonne idée, autant pour lui que pour elle. Enfin du moins il le pensait. Il se mit à l'observer en détail, pour voir si elle avait chaud. Une idée qui lui semblait logique pour le coup, alors qu'il aurait pu tout simplement poser la question. Il ne songea pas un instant avant de le faire que son regard insistant pouvait se révéler très dérangeant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 8 Oct - 3:50

- Le petit chaperon noir... Non vraiment ça ne me dit rien. Mais maintenant que tu le dis, moi aussi j'aime bien le fantastique. Ça permet à la fois de s'évader et puis à l'auteur de faire passer son message. C'est plus facile dans un monde que tu façonnes, tu peux créer les coïncidences dont tu as besoin pour faire comprendre ! Mais bon.. C'est toujours mieux d'être acteur ! Moi je préfère m'identifier qu'être spectateur. C'est vrai que tu comprends pas mal de choses, mais tu dois t'ennuyer à faire que regarder non ? Mais je lirais quand même ton Chaperon Noir, voir si je m'identifie à lui. Même si ça ne m'arrive pas souvent d'aller livrer des galettes et des petits pots de beurre haha !

La façon dont il s’adressait à elle – avec tant d’entrain et de gaieté – l’amusait. Mais au-delà de l’amusement, elle ne pouvait qu’admettre que ça lui plaisait. Ils avaient une passion similaire, les livres, le fantastique… L’évasion. C’était déjà un bon point pour la suite. Ils pouvaient devenir proches grâce aux livres, grâce au partage sur leurs différentes lectures. Amber sourit. La seule chose divergente, c’était leur point de vue. Il préférait être spectateur. Peut-être parce qu’il était en quête de ressentis, de découvertes, et qu’elle préférait analyser ? Sa vie était-elle si ennuyante que ça pour se réfugier dans la littérature au point de devenir le personnage à qui il arrive les péripéties ? Peut-être n’y avait-il pas besoin d’avoir une vie palpitante pour ce faire, en réalité. C’était une alternative au quotidien, sûrement.

- En fait non, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Il y a tant de détails à capter, tant d’indices à localiser et à replacer qu’il est impossible de se lasser du rôle de spectateur. On ne voit même pas qu’on arrive au bout du livre, c’est dire ! Et j’aurais tendance à dire qu’on le comprend un peu mieux de cette manière. Mais je me trompe peut-être… Je n’ai jamais vraiment essayé d’être actrice.

Elle eut un petit sourire triste. Etre actrice dans un livre, être actrice dans sa vie… Non, elle n’avait jamais eu ce rôle, qu’elle l’ait voulu ou non. Les événements lui étaient tombés sur le coin du nez sans qu’elle ne puisse y faire quoi que ce soit, comme, notamment, sa transformation inattendue en humaine. Amsbesis n’avait jamais eu la sensation de diriger quoi que ce soit… Aider les gens, être spectatrice. C’était le seul rôle qu’elle contrôlait à peu près et dans lequel elle se sentait bien.

- D'ailleurs il faudra que je l’emprunte ici... Enfin à la bibliothèque. Puisqu'on ne peut pas vraiment avoir de livres en ce moment.

Il lui fallut un peu de temps pour comprendre à quoi il faisait allusion, ne voyant pas à qui « on » faisait allusion. Evidemment… L’incendie. Leur bibliothèque avait du y passer. Amber lui adressa un regard désolé, bien que ce ne soit pas elle qui soit coupable de tout cela.

- Hm… Je peux déjà te le réserver, si tu veux. Parce qu’en bibliothèque, tu vas avoir du mal à le lire : il est assez convoité.

Depuis qu’elle travaillait à la bibliothèque, elle avait déjà dénombré pas mal d’emprunts pour cette œuvre. Avec ses avantages, elle pourrait donc le bloquer quelques temps… Encore que. Il ne faudrait pas que ses deux horribles patronnes sachent que ce n’était pas pour elle, sinon ça allait barder pour elle.

- Oh ! Mais au fait tu as choisi ? Que veux-tu ?

Elle cligna des yeux en regardant Sinéad avant de les baisser sur la carte qu’elle tenait toujours dans ses mains. Ah oui, le dessert !... Elle la referma et la posa sur la table avant de la faire glisser jusqu’à son interlocuteur du bout des doigts.

- Merci, mais la pizza m’a déjà bien callée. Une prochaine fois peut-être ?...

Ah ! Pourquoi avait-elle dit ça ? Bien sûr qu’elle voulait le revoir, mais son ton… Bon dieu, cet horrible ton teinté d’espoir ! Elle ne put s’empêcher de se mordre la lèvre en baissant vivement le regard sur son assiette vide. Encore pire. En plus, c’était qu’il commençait à faire vraiment chaud ici… Pourtant, il y avait beaucoup moins de monde, beaucoup moins de bruit. Ca aurait du l’apaiser. C’était peut-être du au travail dans les cuisines ?... Une diversion, vite. Elle balaya la salle des yeux, évitant de regarder face à elle, jusqu’à tomber sur une horloge murale qui annonçait… Quoi ?! Déjà ?! Pourtant, elle fut incapable de dire ou de faire quoi que ce soit. Elle attendait simplement une réaction de sa part. Peut-être suivrait-il son regard et remarquerait-il aussi l’heure ?...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Rayon de soleil... Vent agréable printanier... [Pv]
» Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE
» (f) ma fille, ma moitié, mon rayon de soleil - Lien familial
» La métaphore
» Au service de Scylla ? [Irène & Aetius]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lying Truth :: « Ville d'Eden » :: 
» Centre-ville
 :: Bibliothèque Municipale
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit