The Lying Truth

« Les apparences sont trompeuses. Rien n'est vraiment ce qu'il semble être. »
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 8 Oct - 15:43

Elle pouvait lui réserver le livre, c'était déjà une bonne chose ! Comme ça il aurait autre chose à lire que ses cours encore et encore le soir. Non qu'il n'aimait pas ce qu'il faisait... Mais ça restait du cours très théorique. Rien de vraiment entraînant... Le Petit Chaperon Noir... Il se demandait de quoi ça pouvait bien parler. Le noir était une couleur généralement utilisée pour le dramatique... Ou le cynisme. Peut-être était-ce une critique du chaperon rouge ? Ou alors une version plus sombre de l'histoire ? C'était peut-être une histoire où le loup était le gentil ? Oui, ça pouvait faire un bon concept. Si le loup représentait plus la force naturelle, l'instinct.. Et le chaperon rouge la tentation de l'homme ? Non ça ne tenait pas la route. Il était noir, plus rouge...

- Merci, mais la pizza m’a déjà bien calée. Une prochaine fois peut-être ?...

Plongé dans ses pensées, il en avait oublié sa question ! Il fallait dire qu'il n'avait plus très faim lui non plus, mais que la gourmandise avait eu raison de lui. Regardant son assiette, puis celle d'Amber, il décréta qu'il avait déjà trop mangé lui aussi. Et puis il n'allait pas la faire attendre en mangeant un dessert tout seul. Puis la fin de sa phrase l'interpella. Une prochaine fois ?

Même s'il n'avait pas remarqué le ton de sa voix, les mots le percutèrent. Une prochaine fois, ça voulait dire que ça lui avait bien plu, non ? Ce n'était sûrement pas par politesse, sinon elle n'aurait rien dit. Oui, elle avait du apprécier, tout comme lui en somme. Il lui répondit par un bref sourire, mais remarqua qu'elle baissa la tête subitement. Quoi ? Il avait fait quelque chose de mal ? Tentant de voir vers où se dirigeait son regard, il se pencha. Elle regardait son assiette vide. Etait-ce pour éviter son regard ou parce que l'assiette était vide ?... Puis elle releva les yeux, et regarda la salle, presque vide. Il se tourna sur sa chaise pour regarder derrière lui -pas très discrètement d'ailleurs-. Non, il n'y avait rien d'intéressant à voir. A moins qu'elle aime particulièrement regarder la grand mère au fond... Peut-être était-ce une de ses connaissances ?

Oh, c'était sûrement ça, elle avait reconnu quelqu'un ! Et elle ne voulait pas paraître trop familier avec lui. En même temps, de quoi avaient-ils l'air en prenant un repas le soir en tête à tête. Il n'avait pas vraiment pensé à ça en formulant sa proposition... Il n'avait même pas pensé qu'elle accepterait alors !
Redirigeant son regard vers la jeune femme, Sin' vit qu'elle ne dévisageait pas la vieille dame au fond de la salle. Non, elle regaaardaiiit... L'horloge. Oh, il était un peu tard oui ! C'est à ce moment qu'il réalisa.

Son air gêné, le fait qu'elle ne le regarde pas en face, mais son assiette vide. Puis l'horloge. C'était bien sûr !

- .. Eh, ne t'en fais pas ! J'ai invité, c'est moi qui paie. C'est pas grave si t'as pas d'argent ! Haha !

Souriant, il se rendit compte que toutes ses interrogations n'avaient servies à rien. C'était évidemment aussi simple que ça. Joignant le geste à la parole, il se leva pour aller payer au comptoir. Cependant, en passant à coté d'Amber qui ne le regardait pas, il ne pu s'empêcher de poser sa main sur sa tête et lui ébouriffer affectueusement les cheveux. C'était peut-être une inconnue il y avait quelques heures, mais Sinéad s'attachait très vite. Pour lui, ce geste familier était déjà naturel.

- Pas besoin de t'envoler pendant que je pars payer, j'ai assez pour ne pas faire la plonge !

Sur son ton plaisantin, il savait qu'Amber ne le prendrait pas au sérieux. Même s'il avait appris à ses dépend que certaines blagues du même genre passaient mal, celle-ci ne devrait pas pouvoir être prise au premier degré. Il se dépêcha d'aller payer pour revenir auprès d'elle à la table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 8 Oct - 16:26

Les heures qui étaient en réalité des minutes lui parurent longues, surtout lorsque Sinéad comprit que quelque chose n’allait pas. Elle l’aperçut se pencher pour tenter de voir ce qu’elle regardait – ou pour capter ses émotions, elle l’ignorait – puis suivre son regard au loin… Elle profita alors du fait qu’il ait le dos tourné pour relever les yeux… Sur lui. Visiblement, rien ne pouvait lui échapper ! Le  moindre petit regard, et c’était fichu ! Elle espérait qu’il n’allait pas jusqu’à lire dans sa tête, auquel cas… Non, impossible. Il n’aurait jamais réagi ainsi si c’était le cas, et il ne l’aurait surtout pas invitée à manger. Qui pourrait bien avoir l’idée d’inviter un corbeau à manger, franchement ?

Amber vit à la dernière seconde que Sinéad se tournait de nouveau face à elle, et elle eut à peine le temps de reposer les yeux sur la première chose qu’elle perçut, c’est-à-dire sur son verre. Elle posa d’ailleurs le bout de son index dessus et en fit le tour. C’était la seule chose qu’elle avait trouvé pour… Pourquoi d’ailleurs ? Elle n’avait rien fait de mal et n’avait rien à prouver. En plus, c’était sensé faire un son et ça ne marchait même pas… Quelle déception.

La jeune femme finit par réussir à admettre qu’elle était sous tension. Pourtant, ce n’était pas cela qui était le plus important pour elle, mais le fait qu’elle ne sache pas ce qui provoquait réellement ce ressenti. Etait-ce parce qu’elle avait peur qu’il découvre son identité à cause d’une bourde ? Etait-ce parce qu’il risquait de devenir proche d’elle, à cause de sa phrase notamment ? Ou bien parce qu’elle ne parvenait pas à chasser des pensées qu’elle ne maîtrisait pas et qu’elle se devait d’oublier immédiatement ?

- .. Eh, ne t'en fais pas ! J'ai invité, c'est moi qui paie. C'est pas grave si t'as pas d'argent ! Haha !

Sa voix la fit sursauter. Perdue dans ses pensées, elle ne s’attendait pas à ce qu’il s’adresse à elle, surtout de cette façon. Il lui avait dit de ne pas s’en faire ?... Son inquiétude était-elle si lisible sur son visage ? Elle tâcha tant bien que mal de sourire, mais celui-ci se fit un peu maladroit. Rha, ce n’était pourtant pas bien compliqué ! En plus, elle en avait pris l’habitude avec les clients de la bibliothèque… Pourquoi cela lui coûtait tant, ce soir ? Peut-être parce que lui comptait à ses yeux. Oui, c’était sûrement ça. Ce n’était pas qu’un simple passager venu pour une raison bien spécifique.

- Oui, mais c’est moi qui…

Encore trop tard. Sinéad s’était déjà levé et s’avançait désormais du côté du comptoir. Lorsqu’il passa à côté d’elle, elle fit mine de regarder en face, mais quelque chose de totalement inattendu la fit tressaillir : quelque chose dans ses cheveux ! Du coin de l’œil, elle se rendit compte que ce n’était que Sin’ qui lui frottait affectueusement la tête… Eh bien, merci pour la coiffure ! Enfin, ce n’était pas comme si ses cheveux étaient déjà en bataille, avec toutes ces petites bouclettes qui ne voulaient jamais se mettre comme elle le souhaitait… Par méfiance instinctive, elle rentra la tête dans ses épaules et plaqua sa main sur le haut de son crâne, où elle heurta celle du jeune homme. C’était évident pourtant qu’il lui touchait les cheveux, il ne faisait pas cela par télépathie ! Amber retira donc immédiatement sa main, légèrement troublée. Il lui semblait que les choses avaient évoluées bien vite… Trop vite à son goût, puisqu’elle n’arrivait pas à s’y faire. Mais au fond, cela ne la déplaisait pas, bien au contraire.

- Pas besoin de t'envoler pendant que je pars payer, j'ai assez pour ne pas faire la plonge !

Alors qu’elle allait commencer à se détendre, la phrase de Sinéad eut l’effet inverse : elle se crispa tout à coup et il lui semblait que son visage avait viré au blanc. Une chose était sûre, la phrase ne l’avait pas laissée de marbre. Elle sentit un frisson la parcourir de ses pieds jusqu’au bout de ses doigts tandis que Sin’ s’éloignait progressivement vers le comptoir. Si elle avait pu fondre à cet instant-même et en ce lieu, elle l’aurait fait. Fondre seulement, pas s’envoler, comme il l’avait dit. Une nouvelle vague de frissons la secoua, et elle se fit petite dans sa chaise. Non, c’était seulement une expression… Il ne voulait juste pas qu’elle parte. Oui, c’était juste ça. Il avait lancé cette phrase anodine pour… Quoi ?! Il avait peur qu’elle parte ?!

Son cœur fit un bond dans sa poitrine, frappant si violemment contre sa cage thoracique qu’elle dut prendre une grande bouffée d’air chaud – puisque le restaurant était devenu une fournaise. Elle avait besoin de sortir et de se rafraîchir. Elle ne se sentait pas dans son état, elle ne se sentait pas à maîtriser la situation, et elle détestait cela plus que tout. C’était donc cela, être actrice ? Ah, qu’elle aimait sa place de spectatrice ! C’était beaucoup moins éprouvant… Mais maintenant, elle comprenait pourquoi Sinéad lui avait dit que ça devait être ennuyant. C’était sûr que niveau émotions, ça ne valait pas du tout la place d’acteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Jeu 10 Oct - 10:41

Lorsqu'il revint à la table, Sinéad vit que quelque chose n'allait pas. Il posa sa main sur l'épaule d'Amber et se baissa à sa hauteur pour la regarder droit dans les yeux. Son visage était complètement blanc, comme si le sang l'avait déserté. Son regard lui semblait paniqué, et puis ses cheveux collaient un peu sur son front. Elle devrait avoir des sueurs froides ? Sinéad se demanda si elle était malade ? Même si ça ressemblait plus à une crise de panique, c'était aussi peut-être un coup de chaud. Sur certaines personnes, ça avait ces symptômes. Il resserra un peu sa main sur l'épaule, la pensant plus rassurante ainsi.

- Tu vas bien ? T'es vraiment pâle... On dirait que tu vas tomber dans les pommes. Même s'il y a pas vraiment de pommes ici.

- J'ai juste besoin de prendre l'air.. Il fait chaud ici non ?...

Tout en prononçant ces mots, Amber se leva. Sinéad la suivit des yeux. Elle avait l'air pâle mais elle semblait tout à fait en mesure de se lever, c'était donc un petit coup de chaud. Non, il lui avait sembler qu'elle était plus mal en point. Et ne marchait-elle pas étrangement ? Certes il n'avait jamais vraiment fait attention à sa façon de marcher.. Mais là il lui semblait clairement qu'elle peinait à tenir sur ses jambes. C'était comme si elle allait...

- Eh ! Attention !

Sinéad se jeta en avant pour la rattraper. Juste à temps ! Il l'intercepta en l'attrapant sous les bras, la laissant doucement descendre avec lui. Il plaça son dos contre lui pour l'allonger sans qu'elle touche le sol. Déjà deux serveurs accoururent.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ?
- Elle s'est fait mal ?


Sin' se pencha pour voir le visage d'Amber. Visiblement elle ne leur répondrait pas. Il allait devoir se débrouiller. Il releva la tête et regarda les deux serveurs.

- Ouais, elle a eut un coup de chaud. Elle était déjà pas bien alors le fait de se lever l'a achevée je crois. Il faudrait lui faire prendre l'air.

Joignant le geste à la parole, il redressa doucement la jeune femme en se relevant. L'un des deux serveurs s'avança pour l'aider à la porter, mais Sinéad déclina l'offre en levant sa main.

- Ça ira, par contre je voudrais bien une serviette fraîche humide si vous avez, ça lui fera un peu de bien.

La portant dans ses bras, Sinéad se dirigea vers l'entrée. Le serveur qui n'était pas partit chercher la serviette lui ouvrit la porte. Regardant sur le coté, Sinéad remarqua que le banc auquel il pensait n'était pas occupé. Encore mieux, le petit lampadaire au dessus était allumé, ce qui laissait un faible halo qui était agréable dans la nuit, sans être pour autant éblouissant. En marchant, lentement pour ne pas secouer sa passagère, il se fit la réflexion qu'elle était vraiment légère. Un peu comme un oiseau. Les oiseaux étaient vraiment léger pour leur taille, Amber lui donnait la même impression. Il ne la trouvait pas particulièrement volumineuse ! Mais elle était vraiment légère. Il l'allongea sur le banc, et s'assit pour poser sa tête sur ses genoux. Le second serveur revint avec la serviette et la tendit à Sin'. L'air était encore un peu chaud, elle ne prendrait donc pas froid avec la serviette. C'est pour cette raison que Sinéad l'attrapa avant de lui éponger délicatement le front. Voilà, elle ne devrait pas trop tarder à revenir à elle. Regardant les serveurs, il fit signe que tout allait bien. Ceux-ci restèrent immobiles un instant, avant de rentrer en discutant de l'incident entre eux. Sinéad se dit que s'il avait été à leur place, il serait resté. Laisser une personne évanouie avec quelqu'un comme ça... Celui-ci pouvait être mal intentionné. Heureusement que ce n'était pas son cas... Tout compte fait, le patron le connaissait bien, et les serveurs l'avaient vu plusieurs fois. Il n'était pas un parfait inconnu pour eux. Et puis il était connu dans le quartier. Pas dans le sens célèbre, mais presque tout le monde savait qui il était.

Il leva la serviette et la laissa reposer dans le creux de sa main, sur le banc. Puis il chassa les cheveux humidifiés de son visage du bout des doigts. C'était presque comme si elle dormait. Il ne put s'empêcher de sourire.

- Allez mademoiselle Amber, il faut se réveiller. Sinon on risque de passer la nuit sur ce banc. Moi ça ne me dérange pas, mais je crains que ça ne soit pas très agréable.

Il regarda de nouveau son visage. Aucune réaction. De sa main libre il lui caressa la joue, dans l'espoir que ça la tire de son sommeil. En fait... Il fallait simplement qu'elle se sépare du surplus de chaleur qui l'envahissait. Ou de son angoisse, car il pensait que c'était ça. Oui, s'il pouvait mettre un mur entre les deux ce serait parfait ! Un peu comme quand on met de la crème solaire pour se protéger du soleil. Il pensa, comme il l'avait déjà pensé, que si on inventait quelque chose qui puisse faire obstacle à n'importe quelle menace, ce serait la plus belle invention jamais créée ! Bien sûr c'était encore un rêve de gamin. Une utopie plutôt. Chaque personne sensée savait que c'était impossible.

Seulement il y avait des choses que ces personnes sensées ignoraient. Cette chose que cachait si bien certains « Humains ». Et Sinéad était encore une personne sensée. Il ignorait qu'une part, presque indépendante de lui, s'insinuait proche d'Amber. Si proche qu'elle semblait la frôler derrière tout ce qu'elle pouvait considérer comme une protection. Ce n'était pas quelque chose d'incisif, encore moins d'insidieux ou de destructeur. C'était simplement l'envie de Sinéad de la couper de son mal. Mais Sinéad ignorait totalement ce qu'il faisait. Ainsi, à travers sa main, pour quelqu'un qui ne distingue même pas son aura... Comment aurait-il était possible de savoir qu'il était en train de séparer celle, qu'il désirait soigner de son angoisse, de sa propre aura. Comment pouvait-il se douter que s'il continuait ainsi, il la priverait -temporairement, certes- de ses dons ? Comment aurait-il pu comprendre qu'en laissant sa main sur sa joue, et en gardant cette envie de la soigner, qu'il lui rendrait progressivement sa forme animale ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Mar 15 Oct - 5:44

Une lumière aveuglante la fit reprendre conscience. Ce n’était pas tant désagréable pour ses yeux, mais en revanche, son crâne lui faisait affreusement mal. Que s’était-il passé ?... Où se trouvait-elle ? Elle n’arrivait pas à percevoir quoi que ce soit, et ses pensées étaient encore trop confuses pour remettre le puzzle en place. Bientôt, le chaud la quitta, caressée par une brise fraîche qui eut pour effet d’apaiser ses maux de tête. La lumière se fit moins blanche, moins puissante. Amber remit tant bien que mal son cerveau en marche.

Elle se souvenait de la bibliothèque, des amis de Sinéad, du visage de celui qu’elle avait heurté. Elle se rappelait que Sin’ l’avait involontairement invitée à manger. Elle avait pris une Arizona, à la pizzeria… Puis le dessert. Elle se voyait avec la carte dans les mains. Mais après ? Elle ne se souvenait pas. Elle avait beau chercher, s’acharner à trouver des réponses ou des scénarios plausibles, rien ne lui semblait réel. C’était comme si elle n’avait rien vécu entre temps. Pourtant, ce n’était pas possible. Elle n’avait pas pu se retrouver dans cet état sans raison ! Et elle doutait fortement que ce soit de la faute de Sin’… Il était bien trop gentil pour lui faire quoi que ce soit. Puis il avait l’air de l’apprécier, non ?... C’était peut-être la pizza qui était mal passée. Elle n’avait pas l’habitude de manger ainsi.

La brise fraîche se fit plus douce mais plus présente, presque tactile. C’était comme si elle s’était matérialisée… C’était agréable, pour sûr. Elle n’avait pas envie de bouger. Cependant, elle avait besoin de réponses. Elle n’aimait pas cette situation, elle n’aimait pas ne pas savoir. Et si quelqu’un avait découvert sa véritable identité ? Et si elle…

Réalisant alors que ce n’était effectivement pas le vent mais une main qui la caressait, son seul reflexe fut de tendre violemment le bras en l’air, le poing fermé, avant de rouler sur le côté pour se sauver. A défaut, Amsbesis s’écroula littéralement au sol, aux pieds de la personne qu’elle venait de frapper impunément. Peu importe qui c’était, elle devait fuir. Fuir et ne plus jamais revenir. Pourtant, elle devait bien continuer de vivre, non ? Elle devait retourner travailler à la bibliothèque située à quelques pas de là, peu importe ce qu’il s’était passé ? L’angoisse prit son ventre d’assaut, et elle s’appuya vivement sur ses mains pour se redresser. Ce ne fut pas ses ailes qui la portèrent loin, mais ses jambes endolories et tremblantes. Ce ne fut pas sa raison qui lui dicta de courir, mais son cœur, ou plus exactement son instinct. Elle était en train de ruiner sa vie humaine… Et le pire, c’est qu’elle ne savait même pas pourquoi elle faisait ça.

Amber eut le mauvais reflexe de regarder par-dessus son épaule pendant sa course. Elle rata alors un battement et ses yeux s’arrondirent sous le choc. Elle stoppa net, manquant une nouvelle fois de trébucher et de s’écrouler.
Sinéad.
C’était Sinéad qu’elle venait de frapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Jeu 17 Oct - 15:43

Sinéad n'avait rien compris à ce qu'il s'était passé. Il était en train de lui caresser la joue et soudain... Sa vision avait flanché. Il avait fini par comprendre que sa tête était partie en arrière. Dire qu'il n'avait même pas senti Amber tomber sous le choc. Sa bouche avait un léger goût métallique. En fait c'était plus... Le goût du sang oui. Il s'était mordu la joue quand sa mâchoire s'était refermée subitement. Son cou le rappela à la réalité, douloureusement penché en arrière. Il redressa sa tête et porta sa main à sa nuque.
Il semblait n'y avoir rien de cassé pour lui, qu'en était-il d'Amber ? Et qu'est-ce qu'il s'était passé ? Regardant ses genoux, il eut peur de comprendre.

… Quelqu'un l'avait enlevée. Se relevant brusquement, il empira ses symptômes et tituba l'espace d'une seconde. Des bruits de pas précipités lui parvinrent aux oreilles, lorsque celles-ci voulurent bien lui parler d'autre chose que le sang battant dans ses tempes.
Il tourna sa tête vers le lieux d'où ils provenaient. Il faisait sombre, mais il voyait distinctement qu'Amber le dévisageait. Mais si elle était là.. Alors où étaient.. ?

Sinéad se retourna, pour vérifier que les potentiels kidnappeurs d'Amb' n'étaient pas derrière lui. Visiblement il n'y avait personne. Puis il repensa au coup... Comment quelqu'un aurait pu le frapper sous la mâchoire sans qu'il le voit ? Alors qu'il était assis sur un banc ? N'importe qui avait beau être extrêmement rapide, c'était impossible qu'il ne l'ai pas vu. Et puis pourquoi le frapper ? Il n'avait rien de valeur qu'on puisse lui dérober. Se retournant vers Amber, et voyant son regard encore sur lui, il réalisa soudainement. Ce ne pouvait être qu'elle qui l'avait frappé.

Sinéad s'arrêta une seconde, laissant ses bras ballants. Pourquoi aurait-elle fait ça ? Elle n'avait pas eu cette attitude de toute la soirée.. Et elle ne semblait pas être ce genre de personne. A moins que c'était un piège pour lui voler son argent ou.. ? Non, elle savait qu'il avait presque tout perdu dans l'incendie. Et il se refusait à croire qu'elle puisse agir ainsi. Ou alors c'était parce qu'il lui avait caressé la joue ? C'est vrai qu'il avait tendance à se montrer très tactile mais de là à le frapper pour si peu... Encore une fois, ça ne tenait pas la route. Elle n'avait pas réagit comme ça quand il lui avait ébouriffé les cheveux. Il ne voyait donc aucune raison... Sauf si elle avait cru que.. Qu'il était responsable de son évanouissement ? Et que tout était orchestré ? Non ce n'était pas ça du tout ! C'était une coïncidence ! Oui mais comment pouvait-elle le voir, elle qui s'était évanouie dans le restaurent et qui se réveillait sur un banc en pleine nuit ?

Sinéad leva ses mains en signe d’apaisement et avança d'un pas.

- Non.. Ce n'est pas...

Puis il recula de la même façon. Si elle le croyait comme ça, se rapprocher n'était sûrement pas la meilleure solution. Elle allait tout simplement se mettre à fuir en courant. Et il n'avait pas envie qu'elle s'enfuit avec cette idée ! Un peu pour sa réputation, encore qu'il doutait que ça le poursuive trop, mais surtout parce qu'il n'avait pas envie qu'elle pense ça de lui. Il finit sa phrase à voix basse, la regardant un peu désarçonné.

- ..ce que tu crois.

Comment pouvait-il faire pour que ce malentendu ne conduise à quelque chose de pire ? Laissant retomber ses bras, il tenta de distinguer son regard sous la pénombre. Il ne la voyait pas tant que ça d'ailleurs, sous la lueur du lampadaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Ven 18 Oct - 7:52

Ce fut en premier lieu ses jambes qui firent des siennes. Alors qu’elle aurait voulu fuir le plus loin possible pour ne pas avoir affaire à Sinéad, elle réalisa brusquement, en tentant de faire demi-tour, qu’elle était incapable de bouger. Ce n’était en tout cas pas sa raison qui lui dictait de rester ici. Il lui semblait que ce n’était pas non-plus son cœur, puisque celui-ci battait lourdement dans sa poitrine, à un tel point que ça en devenait insupportable aussi bien physiquement que mentalement. Le sang bouillonnait en elle, d’inquiétude, de colère, d’une opposition de ressentis qui lui donnèrent une fois de plus des sueurs froides. Elle s’efforça de garder contrôle d’elle-même, et malgré ses tremblements, elle ne put s’empêcher de lever lentement ses mains devant elle pour les examiner. L’une d’elle lui faisait mal… Celle avec laquelle elle avait frappé Sin’, évidemment. Les paumes vers le ciel, elle referma ses doigts dessus en déglutissant. Elle n’était pas du genre violent pourtant… Même pour se défendre ?... Et elle aurait du se douter qu’il ne s’agissait que de Sinéad ! Bon sang, elle avait tout gâché !

Amber finit par lever ses yeux dorés et embués devant elle, et c’est à ce moment-là qu’elle le vit, lui, en train de s’avancer avec méfiance, les mains levées. Et maintenant ?... Pour quoi passait-elle ?... Et lui, à avoir été frappé au beau milieu d’une rue par une femme ? Qu’est-ce que les gens allaient penser d’eux ? Il pourrait très bien être mis en examen si les témoins avaient mal interprété cela ! La jeune femme passa furtivement sa main sur ses yeux pour les sécher avant même qu’elle ne pleure et regarda autour d’elle : effectivement, des passants s’étaient arrêtés, les regardant avec des yeux ronds. Amsbesis était dans un tel état qu’elle n’entendit même pas les remarques de Sinéad, ni même vit son mouvement de recul. A la fois vidée et nourrie d’adrénaline, elle ne savait pas à quel saint se vouer. Puis elle réfléchit à toute vitesse. Que voulait-elle… Que ça s’arrange au plus vite, non ? Ne pas déjà le perdre ? Et surtout, qu’il ne soit pas jugé sans preuves ?

La jeune femme parvint à faire un pas, puis deux devant elle, et se surprit même à trottiner puis à courir vers Sin’. Elle avait la sensation de s’envoler, mais quelque chose pesait sur ses épaules, elle ne savait pas quoi. A vrai dire, elle ne comprenait même pas pourquoi – et comment – elle faisait cela. C’était peut-être ce qui lui semblait le plus adapté… Pour le moment.
Elle se jeta littéralement dans les bras de Sinéad une fois qu’elle fut assez proche de lui pour cela. Elle resta un instant ainsi, à l’enserrer aux épaules en s’empêchant de réfléchir, avant d’avoir un petit sursaut de recul et de relever la tête vers lui, encore tremblante :

- Je suis désolée, murmura-t-elle, avant de ressentir le besoin d’expliquer son attitude plus qu’illogique, c’est pour t’éviter… Des soucis.

Elle n’aurait jamais du accepter ce rendez-vous. En y repensant, elle se trouvait plus qu’idiote d’avoir sauté sur l’occasion, alors que Sinéad ne l’invitait pas à l’origine. Finalement, c’était peut-être mieux qu’elle se tienne à l’écart… Elle baissa la tête, honteuse, attendant sa réaction, sans réellement se détacher de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Jeu 24 Oct - 15:41

Quand Amber revint vers lui en courant sur la fin, Sinéad réalisa qu'il n'avait vraiment rien compris, et qu'il ne comprenait toujours rien. Il avait l'impression d'être juste hors de lui, littéralement. C'était peut-être ça être spectateur ? Constater des choses qui nous dépassent, les regarder agir sans y prendre part pour essayer de mieux les comprendre ?
Sinéad referma ses bras sur Amber, sans rien dire. Un court instant après, elle se recula. Ce qui ne l'empêcha pas de garder ses mains contre son dos. Il cru d'ailleurs sentir qu'elle.. Tremblait un peu ? Oui, ce devait être ça. Pourtant il ne faisait encore pas froid. Mais après le « choc »... Enfin le choc avait plutôt été pour son menton, songea-t-il en souriant intérieurement. Étonnamment il ne lui en voulait pas. En même temps, comment lui en vouloir ? Il était maintenant persuadé qu'elle-même ne savait pas pourquoi elle avait fait ça.

-  Je suis désolée, c’est pour t’éviter… Des soucis.

Lui éviter des soucis ? De quel genre de soucis pouvait-elle bien parler ? Un mystère.
Sinéad la regarda dans les yeux. Ce qui lui rappela à quel point ils ressemblaient à ceux du corbeau. Quelque part ça l'amusait, mais c'était impossible de lui dire. Comment comparer les yeux d'une femme à ceux d'un corbeau sans quelle le prenne mal ?
En réalité... Le mystère c'était elle, c'était son regard. C'étaient ses actions sans sens. Et s'il avait du mal à comprendre pourquoi elle l'avait frappé, pourquoi elle s'était éloignée... Il avait encore plus de mal à comprendre pourquoi elle était revenue. Malgré tout, il lui était reconnaissant. Si elle était partie sans rien expliquer, comme ça, il serait resté sur place pendant un moment. Bien que ce soit également le cas en ce moment, mais pas pour la même raison. Et comme Sinéad était du genre à dire les choses qu'il pensait...

- Merci d'être revenue.

La phrase voulait dire ce qu'elle disait, ni plus, ni moins. Ne la lâchant pas du regard, il avait encore plus de mal à comprendre. Mais qu'importe, il s'en fichait après tout. Sa mâchoire ne lui faisait presque plus mal. Elle avait frappé fort, mais d'une façon qui avait limité la puissance du coup. Il ne pensait même pas à se masser à l'endroit de l'impact. Non, c'était comme s'il était hypnotisé. Plus il la regardait, plus il avait du mal à la cerner. Elle n'était plus simplement la jeune bibliothécaire à ses yeux. Elle était devenue énigmatique. Après un long moment, il réalisa qu'il devait sûrement l’embarrasser à rester comme ça, à la regarder. Alors il laissa retomber ses mains et repris son air jovial. D'ailleurs le même qu'il avait pris pour l'inviter au restaurant.

- Mais j'aurais bravé tous les dangers pour vos beaux yeux gente demoiselle !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Lun 11 Nov - 15:30

Constatant avec un certain effroi bien dissimulé qu’il ne disait et ne faisait rien, Amber releva les yeux. Quelque chose qu’elle n’aurait jamais du faire, pensa-t-elle après coup, puisque son regard ne put se détacher de celui de Sinéad, qui cherchait probablement à comprendre ce qui lui prenait de le frapper, de partir et de revenir, comme ça, sans raison… Sans raison. C’était ça le problème. Elle n’avait pas raisonné. Du moins, pas assez vite pour contrer cette étrange scène qui lui semblait improbable, voire même imaginaire. Amber ressentit le besoin de déglutir, ce qu’elle fit. Elle n’avait pas froid, et ne tremblait presque plus, mais son état lui était pourtant plus insupportable que quelques minutes auparavant. Ce fut à son tour de chercher des réponses dans le regard de Sin’.

- Merci d’être revenue.

Elle rêvait ou il l’avait bien remerciée ? La jeune femme écarquilla légèrement les yeux tellement cela lui semblait… Absurde. Elle l’avait frappé, devant plusieurs témoins, et il la remerciait… Oui, d’être revenue. Mais que signifiait ce « être revenue », pour lui ? Etre revenue le protéger des préjugés ? Etre revenue pour se faire pardonner – ce qu’elle aurait eu du mal à faire à la place de Sin’, pourtant – ? Ou être revenue, tout simplement… Parce que malgré tout, leur soirée avait été superbe. Un peu chargée d’émotions, d’évènements et de chaleur, mais superbe quand même. Au fond d’elle-même, elle ne regrettait pas d’être venue, que sa raison lui hurle que c’était une mauvaise idée ou non. Amber fronça légèrement des sourcils. Décidément, la vie était bien plus simple en temps que corbeau… Il n’y avait jamais rien d’ambigu pour un volatile. Chasser, c’était chasser. Frapper, c’était frapper, par besoin, pour manger, pour se protéger… Mais n’était-ce pas ce qu’elle avait fait justement, se protéger ? Elle s’était défendue parce qu’elle ne savait pas qui la tenait dans les bras, où elle était et ce qui pouvait lui arriver. Il l’avait sûrement compris, sinon il ne lui aurait pas dit merci. Et il ne l’aurait pas non-plus…

Son cœur s’emballa lorsqu’elle se focalisa sur les mains du jeune homme dans son dos. Depuis combien de temps étaient-ils comme ça ? Et pourquoi il gardait ses mains en place ? Pourquoi conservaient-ils cette proximité ? Elle s’était excusée, il lui avait dit merci, c’était tout. Ils auraient du reculer et rentrer chez eux, en silence ou en faisant comme si rien ne s’était passé. Mais à la place, ils étaient restés là comme deux imbéciles, à se regarder droit dans les yeux. Enfin, Sinéad, lui, avait l’air d’avoir du mal à se détacher de son regard. Pourquoi faisait-il cela ? Pour la déstabiliser ? Une façon de se venger peut-être ? Non ce n’était pas son genre… Il la regardait comme on regarderait quelque chose qui nous intrigue, ou nous impressionne. Quelque chose qu’on admire sans savoir pourquoi. Il la regardait comme si… Elle inspira un grand coup. Il lui semblait que cela avait fait réagir le jeune homme, puisqu’il laissa enfin retomber ses mains le long de son corps. Amb’ retint de peu un soupir de soulagement. Elle détestait être dans cet état. Elle avait l’impression qu’il pourrait découvrir tous ses secrets et par conséquent son identité d'un simple regard. Elle se sentait si vulnérable…

- Mais j'aurais bravé tous les dangers pour vos beaux yeux gente demoiselle !

A défaut de la faire sourire, la phrase la fit rougir. Immédiatement, elle baissa les yeux sur ses pieds – leurs pieds, en réalité – et chercha rapidement quoi répondre. Mais dans ces conditions, impossible de faire ou de dire quoi que ce soit… Il fallait qu’elle se ressaisisse. La situation lui échappait et ce n’était vraiment pas bon pour elle. De toute manière, rien ne lui semblait être normal depuis quelques temps… Elle avait de mauvais pressentiments. Malgré tous les efforts qu’elle fit, une question fusa dans son esprit, sans qu’elle ne parvienne à la fuir : il aimait ses yeux ? Ca expliquait peut-être pourquoi il les fixait aussi longuement à chaque fois que leur regard se croisait… Il était vrai que des yeux comme les siens étaient rares, mais si ça avait pu lui permettre de se fondre encore un peu plus dans la masse, elle les aurait volontiers abandonnés pour une couleur plus naturelle. Finalement, un sourire se pointa sur son visage. Très léger, très discret, mais c’était tout de même un sourire. Sans relever la tête, elle dirigea son regard sur Sinéad :

- Ca n’est pas la peine, Sinéad.

Elle ne l’aurait pas cru, et elle ne sait pas pourquoi elle le fit, mais prononcer son nom lui provoqua une boule dans le ventre. En fin de compte, il aurait peut-être était plus judicieux de le laisser faire sa vie, et de ne pas s’immiscer dedans. Non seulement ça lui aurait évité des problèmes à lui, mais également à elle. Maintenant qu’elle l’avait retrouvé, elle ne songeait quasiment qu’à ça… En même temps, c’était un peu ce qui la reliait à la vie, dans tous les sens du terme. C’était son sauveur et son soleil, parce qu’à part lui, elle n’avait rien de positif ou de précieux sur cette terre, hormis sa misérable vie.

- Et si on rentrait ?...

Elle n’avait pas non-plus maîtrisé cette phrase, mais elle l’acceptait grandement. Il était temps pour eux d’aller se reposer, et quelque chose lui disait qu’ils en avaient bien besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Jeu 14 Nov - 16:11

Elle baissa la tête. Un instant il lui sembla qu'elle s'était perdu dans ses pensées. Ou peut-être était-ce lui qui trouvait le temps long en l'absence de sa réaction. Enfin, il n'en attendait pas vraiment, pas officiellement. Mais le fait qu'elle baisse la tête comme ça l'avait intrigué.
C'est vrai, sa réponse à lui était une blague, elle aurait du rire non ? Certes, elle n'était pas très drôle mais... Là ! Elle venait de sourire. C'était à peine perceptible, mais ça n'avait pas échappé à l’œil attentif de Sinéad. C'était tout simplement ce qu'il attendait. Sauf qu'il ne s'attendait pas à ce qu'elle le regarde par la suite, le fixant de ses yeux dorés.

- Ça n’est pas la peine, Sinéad.

Entendre son nom de cette façon résonnait étrangement dans sa tête. Sinéad. C'était comme s'il l'entendait pour la première fois, son vrai nom. « Ça n'est pas la peine, Sinéad. » Oui, c'était... Mystérieux. Et puis.. Que voulait-elle dire ?  Ça n'est pas la peine ? De quoi parlait-elle ? Ce n'est pas la peine qu'il la remercie ? Bien sûr que si ! Ce n'est pas la peine qu'il plaisante. Ah ! Probablement. Elle voulait dire qu'il n'avait pas besoin de faire cette blague pour détendre l’atmosphère. C'était vrai. A moins que... ce ne soit pas la peine qu'il brave tous les dangers pour ses beaux yeux ?... Mais ils étaient merveilleusement uniques ! Non, il devait se faire des idées. C'était sûrement sa deuxième réponse qui était la bonne. Elle voulait qu'il arrête de plaisanter pour rien. Ses amis lui faisaient remarquer parfois. Un bonne plaisanterie au bon moment, c'est indispensable, mais une plaisanterie quand il ne faut pas, c'est déplaisant. C'était peut-être une façon de lui dire ça ?... Non, elle avait sourit. Encore une fois ça ne tenait pas la route. Son reconcentra son attention sur elle. Après tout puisqu'elle était là, c'était stupide de faire autrement, non ?
Il avait l'impression que son regard avait changé. Plus chaleureux ? Pourtant il l'était déjà naturellement. Il y avait quelque chose, au fond, en plus. Impossible de savoir quoi. Enfin une chose était sûre, ce n'était pas négatif.

- Et si on rentrait ?...

Sinéad souffla par le nez, en souriant. Oui, il serait peut-être le temps qu'ils rentrent chez eux. Il se recula, regarda les environs. Par où habitait-elle ? Peut-être vers là où elle avait pris instinctivement la fuite ? Se retournant vers elle, il lui adressa un nouveau sourire.

- Je vais t'accompagner. J'ai peur que tu ne tabasses trop de voleurs sur la route.

Faire référence à l'incident de cette façon l'amusa. Au final, ce n'était qu'un banal incident. Une mésentente ? Ou une réaction d'incompréhension ? En tout cas c'était fini, et il en rirait sûrement quelques années plus tard. Il espérait seulement qu'elle serait encore là pour en rire avec lui !
Puis il remarqua qu'ils n'avaient toujours pas bougé. C'était assez difficile tout compte fait, puisqu'il ne savait pas où elle habitait.

- Et.. Vers où je dois t'emmener pour te raccompagner ? Ou plutôt où habites-tu ? C'est plus simple. Même si la réponse sera la même.

Il s'embrouillait pour peu de choses. Regardant Amber, il attendait sa réponse, la direction qu'elle lui donnerait pour qu'il ait enfin autre chose à faire que réfléchir et tirer des conclusions toutes plus tirées par les cheveux les unes que les autres. Lui qui avait l'habitude de prendre les choses bien simplement, il trouva qu'il peinait quand même beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Ven 15 Nov - 13:55

L’incident fut vite oublié. En tout cas, c’est ce que pensa Amber lorsque Sinéad lui adressa pour la énième fois de la soirée un sourire. C’était rassurant… Aussi bien qu’il l’ait pardonnée que son sourire. En fait, Sin’ à lui seul était rassurant.

- Je vais t'accompagner. J'ai peur que tu ne tabasses trop de voleurs sur la route.

Amsbesis se mordilla la lèvre inférieure, gênée. Il le prenait peut-être avec humour, mais c’était encore trop récent pour qu’elle en fasse de même. Pour parer à ce sentiment qui la rongeait, elle se tourna en direction de la route qui menait à chez elle – à droite quand on sortait de la bibliothèque.

- Ceux-là le mériteront… marmonna-t-elle en regardant au loin, songeuse.

Sinéad ne l’avait probablement pas entendue, puisqu’il continua sur sa lancée :

- Et.. Vers où je dois t'emmener pour te raccompagner ? Ou plutôt où habites-tu ? C'est plus simple. Même si la réponse sera la même.

La question, ou plutôt les questions lui glacèrent le sang. C’était en temps normal quelque chose qu’elle se gardait de dire. C’était un sujet qu’elle évitait comme la peste… Elle craignait tellement les êtres humains – ou tout du moins n’avait tellement pas confiance en eux – qu’elle avait toujours préféré rester silencieuse à ce niveau. Dévoiler l’endroit où elle habitait, c’était vendre sa vie, selon elle. Elle n’avait pas grand-chose de secret ou de précieux dans son appartement, mais c’était le lieu où elle pouvait faire ce dont elle avait envie… Se transformer en corbeau, par exemple. Cette simple pensée lui glaça le dos. Pour un peu que Sinéad lise dans ses pensées, elle était grillée ! Rapidement, elle se retourna vers celui-ci pour scruter son visage. Son air n’avait pas l’air d’avoir changé ; tant mieux, cela signifiait qu’il n’avait pas ce don… Ou qu’il ne s’en était pas encore servi.

- Ne t’embêtes pas, je ne vais pas te garder plus longtemps.

Réalisant que sa phrase pouvait se révéler ambigüe, elle s’efforça de compléter :

- Il est tard, et il ne vaut mieux pas que tu rentres seul après.

Amber regretta presque de ne pas avoir de moyen de transport. Avec ça, il aurait non-seulement pu l’accompagner, mais elle aurait également eu la possibilité de le ramener, et de ce fait, elle l’aurait su en sécurité ! Tout à coup, une idée lui traversa l’esprit, mais elle la chassa à grands coups de bâton imaginaire. Non, elle ne ferait pas ça. C’était bien trop risqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Messages : 61
Date d'inscription : 08/03/2013

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Ven 15 Nov - 16:00

Elle se tourna subitement vers lui. Comme si elle cherchait à comprendre ou à voir quelque chose. Entendu un bruit peut-être ? Après un léger temps de réflexion, Sinéad se tourna pour regarder derrière. Non il n'y avait rien. Puis il se retourna vers elle en entendant sa voix.

- Ne t’embêtes pas, je ne vais pas te garder plus longtemps. … Il est tard, et il ne vaut mieux pas que tu rentres seul après.

Réfléchissant un instant, il se dit qu'elle avait peut-être raison. On allait peut-être commencer à s'inquiéter de son absence s'il traînait trop. Mais il ne pouvait pas la laisser rentrer seule chez elle si tard. Sa mère comprendrait. Enfin si elle rentrait avant lui ! Aujourd'hui elle rentrait en pleine nuit. Regardant Amber, il déclara simplement :

- Je suis déjà rentré chez moi plus tard que ça ! Et puis personne ne s’inquiétera de mon absence ce soir. C'est donc mon devoir de te raccompagner saine et sauve chez toi !

Sinéad tendit son bras vers elle tel un preux chevalier. C'était une énième plaisanterie qui le fit sourire.

- D'autant plus qu'une balade digestive serait la bienvenue !.. Et puis ce n'est pas désagréable d'être à tes cotés.

Encore une fois, il parlait beaucoup. Mais c'était là sa nature même, il aimait partager ce qu'il vivait et ressentait, alors pourquoi s'en priver. Le bonheur était toujours plus agréable quand il était partagé non ? Alors une soirée agréable pouvait l'être encore plus s'il le disait ! C'était du moins ce qu'il pensait. Attendant une réponse d'Amb', Sinéad leva les yeux un instant pour regarder le ciel. Il faisait déjà nuit, mais la lune éclairait encore un peu les alentours. En y réfléchissant, il venait tout juste de lui faire un compliment sans y faire attention. Il avait juste dit ce qu'il pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 154
Date d'inscription : 17/02/2013
Age : 23
Localisation : Un petit appartement, près du centre-ville... Ou la bibliothèque, selon l'heure.

Feuille de personnage
Notoriété:
0/100  (0/100)
Relations
:

MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   Ven 15 Nov - 16:22

La réponse ne se fit pas attendre très longtemps, et à vrai dire, c’est à peine si elle eut le temps de dire ou de faire quoi que ce soit entre sa phrase et celle de Sinéad :

- Je suis déjà rentré chez moi plus tard que ça ! Et puis personne ne s’inquiétera de mon absence ce soir. C'est donc mon devoir de te raccompagner saine et sauve chez toi !

Amber fronça de manière presque indistincte les sourcils. Elle ne comprenait pas pourquoi il se sentait tant… Obligé de la raccompagner. Parce qu’en effet, s’il avait utilisé le mot « devoir », c’était parce qu’il n’avait pas le choix… Non ? Elle comprit assez vite qu’elle se trompait une fois de plus lorsqu’elle le vit lever son bras de manière héroïque vers elle. S’il y avait bien une chose sur laquelle elle était incollable, c’était bien les livres… Et elle connaissait bien cette attitude chevaleresque qui avait été décrite de nombreuses fois dans de nombreux bouquins ! Amsbesis ne put s’empêcher d’esquisser un sourire. Elle en parvint presque à oublier le malencontreux accident qu’il y avait eu lieu quelques minutes auparavant. Encore quelques minutes ou quelques heures, et cette histoire allait être jetée aux oubliettes, à moins qu’autre chose se passe entre-temps.

- D'autant plus qu'une balade digestive serait la bienvenue !.. Et puis ce n'est pas désagréable d'être à tes cotés.

Son sourire s’accentua avant qu’elle ne réalise vraiment ce qu’il avait prononcé. Elle perdit dès lors toute trace de joie – bien que son cœur en déborde – et cligna des yeux, l’air surprise. C’était sûrement à cause du coup… Il avait perdu la tête, tout simplement. A moins que quelqu’un lui ait mis quelque chose dans sa boisson ou sa pizza ? Non, leur repas avait été le même… Et qui s’amuserait à faire cela ? Alors elle ne pouvait qu’admettre qu’il avait été sincère. Qu’il appréciait être à ses côtés. Elle se répéta la phrase plusieurs fois dans sa tête, pour bien l’apprécier, et lorsqu’elle voulut faire cesser cela, elle n’y parvint pas. Les mots résonnaient encore et toujours, sa voix emplissait sa tête et l’empêchait de dire ou de faire quoi que ce soit… Il fallait pourtant bien qu’elle réagisse, ce qu’elle fit après moult efforts. Elle qui détestait montrer ses émotions, voilà qu’elle avait viré au rouge pivoine, de nouveau bien réchauffée. Bien heureusement, elle constata que Sinéad avait levé les yeux au ciel : impossible, donc, qu’il ait pu voir sa réaction, d’autant plus qu’il faisait nuit. Amber préféra donc passer outre ses questions, pourtant si importantes pour elle, et répondit d’une voix involontairement basse et douce, comme si elle voulait respecter le sommeil de quelqu’un :

- … Alors on y va.

Pour ce qui était du retour de Sinéad, elle aviserait au moment venu. Cela serait bien sûr idiot de le raccompagner, puisqu’ils en avaient pour toute la nuit s’ils faisaient ça ! Et si, finalement, elle acceptait de lui proposer son idée ?... Non. Cela lui paraîtrait bien trop étrange. Sin’ ne la connaissait que depuis aujourd’hui, même si ce n’était pas vraiment le cas. Pourquoi accepterait-il cela ? Amber pouvait très bien être quelqu’un de dangereux…
La jeune femme n’attendit pas une seconde de plus et se mit en marche, lentement. Constatant que son accompagnateur ne la suivait pas, elle jeta un coup d’œil par-dessus son épaule en ralentissant. Qu’attendait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kaynaskandeos.eklablog.com
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Comme un Rayon de Soleil [Sinéad]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Rayon de soleil... Vent agréable printanier... [Pv]
» Dans un dernier rayon de soleil, une lumière s'éteint~LIBRE
» (f) ma fille, ma moitié, mon rayon de soleil - Lien familial
» La métaphore
» Au service de Scylla ? [Irène & Aetius]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Lying Truth :: « Ville d'Eden » :: 
» Centre-ville
 :: Bibliothèque Municipale
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit